Le préfet satisfait par les policiers roumains

Le préfet satisfait par les policiers roumains

DirectLCI
Vingt-cinq fonctionnaires de l'Est ont collaboré avec la préfecture de police de Paris depuis fin novembre. Ils auraient procédé à mille identifications.

SECURITE - Les vingt-cinq policiers roumains qui patrouillent depuis le 28 novembre avec leurs collègues français à Paris ont permis de procéder à "près de 1 000 identifications" de personnes de leur nationalité sur la voie publique, selon une information de la préfecture de police de Paris (PP) révélée dimanche."Cette coopération est une vraie réussite sur le plan opérationnel. Les policiers roumains qui patrouillent en uniforme avec leurs homologues français ont permis soit d'initier, soit de conforter les investigations" a indiqué la PP sans savoir si cette opération serait reconduite.

Retour vers l'Est
Selon Michel Gaudin, préfet de police de Paris, ces policiers doivent regagner la Roumanie dans les prochains jours. Leur mission s'achève mardi 31 janvier 2012, mais deux d'entre eux resteront jusqu'au printemps en plus des huit policiers roumains en place à la préfecture depuis le mois de septembre et spécialisés dans les investigations. "Les dix policiers qui resteront à Paris vont aider les policiers français dans le traitement des affaires judiciaires, précise la préfecture de police de Paris. Nous avons plusieurs enjeux pour les mois à venir, le plus important : démanteler les réseaux qui sont à l'oeuvre". En novembre dernier, vingt personnes avaient été déférées dans le cadre du démantèlement d'un vaste réseau de proxénétisme sévissant en Ile-de-France.

Beaucoup de mineurs

Selon les chiffres annoncés lundi dernier par le préfet, le nombre de Roumains interpellés a augmenté en 2011 de 50% dans l'agglomération parisienne et de 78% intra-muros. Vols aux distributeurs de billet, vols de portable, mendicité, sont selon la PP les principales activités des délinquants roumains, pour la plupart mineurs... "La progression de la délinquance des mineurs de 13% à Paris en 2011 s'explique en partie par ce phénomène, précise la PP. La progression du nombre de jeunes mineurs roumains mis en cause dans la capitale a été de 2 547 en un an, soit une progression de 110%". Pour y faire face, la préfecture de police a par ailleurs appliqué en 2011 plusieurs arrêtés anti-mendicité sur les secteurs les plus fréquentés de la capitale et situés dans les Ier, VIIIe et Ixe arrondissements. "Cet arrêté qui a pris fin dans mon quartier le 15 janvier dernier n'a rien réglé au problème, commente Jacques Bravo, maire PS du Ixe. Les Roumains se sont délocalisés, et maintenant ils reviennent sur le secteur.    L'effet est le même que celui qu'avait provoqué la mise en place de la prime au départ il y a deux ans... Trois mois plus tard, on est ramené à la case départ. Pour moi, il n'y a aucune équivoque : l'arrêté anti-mendicité a été totalement inefficace. Il n'a fait que délocalisé les Roumains sur des secteurs où ils n'étaient pas présents".  Dans les Ier et VIIIe arrondissement, l'arrêté anti-mendicité sera appliqué jusqu'au 21 juin 2012.

Prenez le Metro de l'actu sur Facebook et Twitter

Plus d'articles