Le stationnement sauvage, un problème récurrent dans la ville rose

Le stationnement sauvage, un problème récurrent dans la ville rose

DirectLCI
MOBILITE – Deux associations toulousaines s'associent pour demander le respect des trottoirs et des pistes cyclables, qu'elles estiment trop souvent envahis par les voitures.

Un tour de pâté de maisons dans la Ville rose suffit souvent pour débusquer sans se forcer une demi-douzaine de véhicules en stationnement gênant. "Culture latine", explique Sébastien Bosvieux, président de l'association Deux pieds Deux roues. "Ici, cela ne gêne personne de se garer sur les trottoirs ou les pistes cyclables. Que ce soit par paresse ou par réel manque de places, tout le monde le fait. C'est devenu un acte anodin." Et donc un problème récurrent pour les piétons, les cyclistes et, surtout, les personnes à mobilité réduite.

Voilà pourquoi l'association des Paralysés de France et l’association Deux pieds Deux Roues (ex-Association Vélo) ont décidé de s'associer pour demander le respect des trottoirs et des pistes cyclables lors d'une manifestation qui se tiendra demain à Toulouse. "Nous effectuerons un parcours à pieds et en fauteuils roulants depuis la place du Capitole jusqu’à la place Saint-Cyprien pour sensibiliser les automobilistes mal garés au danger qu’ils peuvent représenter", détaillent les associations dans un communiqué.

Plus de transports en commun demandés

Mais l'idée n'est pas non plus d'accabler de reproches les Toulousains indélicats. "Les conditions ne sont pas non plus réunies pour leur permettre de délaisser complètement la voiture, estime le président de Deux pieds Deux roues. Il faudrait plus de transports en commun, d'aménagements sécurisés pour les cyclistes..."

En attendant, pour éviter le stationnement sauvage, Sébastien Bosvieux ne voit pas beaucoup d'autres solutions qu'une verbalisation plus systématique, notamment près des nouveaux aménagements de voirie. "Il faut éviter que les automobilistes prennent de mauvaises habitudes. Devant le lycée Déodat de Séverac, depuis l'ouverture du nouveau tronçon du tramway, le trottoir est devenu un vrai parking", se désole-t-il.

Un PV plus cher ?

Une augmentation de l'amende pour stationnement sauvage, qui passerait de 35 à 135 euros, pourrait également s'avérer dissuasive. Cette mesure fait partie du Plan d'action pour les mobilités actives (Pama) présenté la semaine dernière par Frédéric Cuvillier, ministre délégué auprès du ministre de l'Écologie et pourrait être mise en application dès l'automne.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter