Le théâtre marseillais aussi fort que le Vélodrome

FRANCE
DirectLCI
CULTURE – Après une année 2013 faste, les théâtres de Marseille et de Provence veulent surfer en 2014 sur la capitale européenne de la culture.

Ville du foot par excellence, Marseille détonne aussi par son nombre d’abonnés dans sa cinquantaine de théâtres. Si le stade Vélodrome attire en moyenne chaque année 30 000 fans du ballon rond, le chiffre est sensiblement le même, voire plus, pour les amateurs de représentations sur les planches. Directeur du Gymnase à Marseille, du jeu de Paume et du Grand théâtre de Provence à Aix-en-Provence, Dominique Bluzet en comptabilise pour sa part 20 000.

Ajouté aux 10 000 du théâtre de la Criée sur le Vieux-Port et les autres, le chiffre bat en brèche les clichés. Une richesse culturelle pourtant mal exploitée estime Dominique Bluzet. "Peut-être que l’on communique mal là-dessus, car Marseille est parfois plus tournée vers elle-même que vers l’extérieur", songe-t-il. Pourtant l’année culturelle a confirmé la tendance : "le public répond présent. Nous avons fait 40 % de représentations en plus et eu 40 % de public supplémentaire", comptabilise-t-il.

De bons chiffres mais des faiblesses

De bons chiffres pour l’ensemble des théâtres de la ville, encore faut-il faciliter la venue des spectateurs tempère Dominique Bluzet. Situé à une centaine de mètres du Gymnase ou des Bernardines, le parking des Réformés est une "honte" selon lui. "Ça pue la pisse, ça coûte 15 euros la soirée et ça a un impact pour les spectacles", estime-t-il. Autre écueil : "les forces de police sont plus dirigées sur le Vieux-Port le soir que sur la Canebière", déplore-t-il.

Pour assurer l’attractivité, le directeur des Théâtres a trouvé un accord avec l’un des parkings du Vieux-Port pour assurer des navettes en bus. Une manière de maintenir le public sur place pour éviter une migration vers Aix-en-Provence dont la situation est jugée "excellente" par Dominique Bluzet pour l’accueil. Résultat : 28 % des spectateurs dans la ville voisine viennent de Marseille.
 

Lire et commenter