L’écologiste Etienne Tête mis en examen pour diffamation envers l'OL

L’écologiste Etienne Tête mis en examen pour diffamation envers l'OL

DirectLCI
JUSTICE – Le club lyonnais reproche à l’avocat des propos tenus dans l’émission "Droit de citer" diffusée sur la chaîne Télé Lyon Métropole (TLM). Mais ce dernier assure rester "serein".

Entre les deux parties, les choses n’ont jamais ressemblé à un long fleuve tranquille. Les relations déjà tendues entre Etienne Tête, avocat et candidat écologiste à la mairie de Lyon et l’Olympique Lyonnais connaissent un nouvel épisode puisque le club annonce dans un communiqué le poursuivre en justice pour diffamation.

"La société OL Groupe informe que le mercredi 8 janvier 2014, Monsieur Etienne Tête a été mis en examen pour diffamation envers OL Groupe à l’issue de son interrogatoire par la juge d’instruction en charge du dossier. La Société OL Groupe avait déposé plainte le 8 mars 2013 pour diffamation publique en raison des propos qu’il avait tenus lors de l’émission ‘Droit de citer’ diffusée le 8 février 2013 sur TLM, précise le texte. OL Groupe rappelle qu’il a déjà obtenu la condamnation d’Etienne Tête par le TGI de Paris le 16 mars 2012 pour avoir dénoncé de façon calomnieuse la société OL Groupe et son Président à l’AMF."

Polémique autour du terme "solvable"

A l’époque, Etienne Tête avait évoqué les difficultés financières de l’OL au sujet du financement du Grand Stade . "Le cumul de ses pertes depuis trois ans représente à peu près ce qu’il a obtenu dans l’augmentation de capital. (…) On prête de l’argent à quelqu’un qui n’est pas solvable. C’est parce qu’il n’est pas solvable que le Conseil général se substitue à des garanties bancaires de droit commun", avait notamment déclaré l’écologiste, en référence à la garantie d’emprunt de 40 millions d’euros votée par le Département du Rhône.

Etienne Tête affirme que c’est le terme "solvable" qui pose problème à l’OL. "La procédure en diffamation est particulière. Devant le juge d’instruction, il n’y a pas de recherche pour établir la vérité des propos tenus. La mise en examen est inévitable. Le débat de fond aura lieu plus tard, souligne Etienne Tête dans un communiqué. Il y a tout lieu d’être serein. Parler des difficultés financières d’une personne ne porte pas atteinte à l’honneur, ce n’est pas infamant ! (…) Le plus grave, dans cette action vouée à l’échec, c'est qu'elle a pour fonction de museler les débats politiques en pleine campagne municipale."
 

Plus d'articles

Sur le même sujet