Légionellose : l’Agence régionale de santé dément toute crise sanitaire

Légionellose : l’Agence régionale de santé dément toute crise sanitaire

DirectLCI
SANTE – Le journal Presse-Océan affirme dans son édition d’aujourd’hui que la légionellose a fait deux morts dans le département depuis le mois de janvier et qu'une crise sanitaire menace 200 foyers nantais.

Non, il n’y a pas de crise sanitaire. C’est ce qu’affirme l’Agence régionale de santé (ARS), après la parution d’un article dans Presse-Océan ce mardi , annonçant une crise sanitaire en Loire-Atlantique, et le décès depuis janvier de deux personnes ayant contracté la légionellose, une infection respiratoire contractée à la suite de la prolifération de bactéries dans des réseaux d’eau chaude. Le quotidien dénonçait des morts "cachés", estimant que les "autorités sanitaires communiquent de façon très lapidaire sur le sujet". Le journal annonçait qu’une "nouvelle alerte touche actuellement un ensemble d’immeubles regroupant 200 foyers, quartier Zola, à Nantes", et que "de nombreux habitants de la résidence déplorant le manque de transparence dans la gestion de cette crise".

L’Agence régionale de santé rétorque ainsi ce mardi après-midi, via un communiqué, et assène les chiffres : "La légionellose fait l’objet de surveillance et de signalement immédiat auprès des ARS. Près de 1 300 cas de légionellose ont été comptabilisés en France en 2012. Le taux de mortalité est de l'ordre de 12%." En Loire-Atlantique, 14 cas, dont un décès, ont ainsi été déclarés à l’ARS en 2013, 16 en 2012 et 7 en 2011. "Depuis le début de cette année, 5 cas ont été signalés, sans lien entre eux, dont deux ayant entraîné un décès (il s’agissait de personnes âgées, l’une résidente d'une maison de retraite, l’autre vivant en maison individuelle)". Mais pour l’Agence, "ce chiffre reste dans la moyenne des Pays de la Loire, inférieure à la moyenne nationale."

Mesures préventives et communication

L’Agence de santé rappelle aussi que tout signalement "déclenche systématiquement une enquête environnementale pour rechercher les causes possibles de la contamination. Si une source d'exposition est identifiée, des mesures sont prises pour supprimer cette contamination." Les personnes potentiellement exposées aux risques sont notamment informées des mesures de précaution individuelles à adopter. Concernant l'immeuble du quartier Zola, estimé "en situation de contamination", l'Agence précise que "les mesures ont consisté à recommander de ne pas prendre de douche, dans l'attente des résultats prouvant l'efficacité du traitement du système d'eau chaude sanitaire."

L’ARS rappelle enfin qu’elle publie "chaque année le bilan de la Cellule de veille, d'alerte et de gestion sanitaires ", indiquant le nombre de cas de légionellose signalés dans le département.
 

Plus d'articles