L'entreprise toulousaine qui chouchoute ses salariés

L'entreprise toulousaine qui chouchoute ses salariés

DirectLCI
TRAVAIL- Abdessamad Bennani, fondateur d'une PME d'informatique, développe depuis vingt ans la "conviviale attitude", une méthode pour rompre avec la morosité au travail. Il partage aujourd'hui son expérience à travers un livre et des formations.

Des bureaux lumineux et spacieux, des photos de galets façon jardin zen et des salariés qui travaillent avec le sourire. Chez l’entreprise AGX, tout indique que l'on cultive le bien-être. "Sans le savoir, en créant cette boîte il y a plus de vingt ans j'ai instauré une nouvelle façon de travailler que j'appelle la "conviviale attitude" explique Abdessamad Bennani, à la tête de cette PME de douze salariés spécialisée dans le service informatique aux auto-écoles.

Une "méthode" qu’il développe aujourd'hui dans un livre répertoriant 96 conseils pour amener plus de sérénité au travail. "J’avais envie de partager mon expérience à l'heure où l’on ne parle que de burn-out et de suicide au travail. On demande aux salariés d’être efficaces, la moindre des choses est qu’ils se sentent bien dans leur travail".

Massages et microsiestes

Pour cela, chez AGX on mise beaucoup sur la communication. Chaque mois une réunion permet de chercher des pistes pour améliorer les relations au travail. "C'est ainsi, que l'on a remplacé la compétition par la solidarité, on évite les phrases négatives, on apprend à dire quand c'est bien, toutes les méthodes de travail sont partagées afin que personne ne devienne irremplaçable" détaille le chef d’entreprise.

Pour évacuer le stress, des stages de massage pour se détendre ou encore apprendre à faire une microsieste après la pause-déjeuner sont organisés. Eglantine, 34 ans, responsable de la hotline depuis quatorze ans est devenue une adepte. "Quand la fatigue se fait sentir, je déplie mon matelas en futon et je m'assoupis quinze minutes. Ensuite, je suis plus disponible pour travailler et quand je rentre chez moi le soir".

Des salariés en sureffectif

D'ailleurs, les salariés sont invités à faire une coupure nette entre la vie privée et la vie professionnelle. "Personne n’emporte un dossier chez lui et je n’appelle pas mes collaborateurs le week-end, poursuit-il. Mais durant la journée, ils ont 100% la tête à leur travail, je les engage à prendre de l'avance et ils ne traînent pas sur les réseaux sociaux, même si rien ne le leur interdit", poursuit le chef d'entreprise qui estime que, dans ces conditions, trente-cinq heures suffisent à accomplir sa tâche. D'autant que les salariés sont en surnombre. "On pourrait être neuf ou dix, mais à douze chacun peut prendre ses jours de repos sereinement et on peut gérer un imprévu sans stress, explique Abdessamad Bennani. Cela n'empêche pas à l'entreprise de gagner de l'argent, au contraire".

S'il n'a pas chiffré l'impact de sa méthode, le chef d’entreprise est convaincu que c'est grâce à celle-ci qu'il n'a quasiment jamais d'arrêt maladie et très peu d'absentéisme. Pour faire passer le message à d'autres entrepreneurs, une pièce de théâtre inspirée de "la conviviale attitude" sera présentée au Festival d’Avignon en juillet, et pourrait bientôt être jouée devant les salariés.

Plus d'articles