Les bars lillois jouent la carte du Mondial

Les bars lillois jouent la carte du Mondial

ÉCONOMIE - Nouvelles télés, autorisations de fermeture tardive et recrutement de personnel, les bars lillois ont anticipé pour bien vivre la Coupe du monde de football. Ils espèrent maintenant un bon parcours des Bleus pour gagner sur le terrain des recettes.

Benoît Petiot n’en fait pas mystère, pour les patrons de bars lillois, la Coupe du monde de football est un événement à ne pas manquer. “On s’attend à un meilleur mois de juin que d’habitude, surtout après une longue période de morosité”, reconnaît le représentant des cafés de nuit au sein de l’Union des métiers et des industriels de l’hôtellerie (UMIH). Patron du Fût et à mesure, rue du Faisan, il a préparé son établissement en vue de l’orgie de foot prévue jusqu’à début de juillet. “On a changé toutes les télés, raconte-il. Nous avons aussi adapté les plannings des serveurs selon les affiches des matches et augmenté les stocks.”

A La Confrérie, le bar sportif du Vieux-Lille, le Mondial a aussi été largement anticipé. “On s’y prépare depuis un an, c’est un événement à ne pas manquer”, reconnaît Naim, l’un des patrons. Des soirées spéciales sont au programme, les stocks de boissons ont fait le plein et l'établissement a même recruté du personnel supplémentaire en cuisine.

Pas d’écran géant prévu par la mairie

“L’économie des bars est très dépendante d’un événement comme la Coupe du monde, explique  Benoît Petiot. Même les établissements qui ne diffusent habituellement pas de sport ont investi dans des télés pour attirer les clients.” Mais aussi préparés soient-ils pour la Coupe du monde, les patrons de bar savent que leurs recettes seront étroitement liées aux résultats de l’équipe de France. “On espère forcément un bon parcours car, avec un quart ou une demi-finale des Bleus, on peut doubler le chiffre d'affaires d’une soirée classique.”

Preuve que la Coupe du monde mobilise, la mairie, qui n’a pas prévu d’installer d’écran géant, joue aussi le jeu. Certains matches débutant à 22 heures, les cafés n’ayant pas d’autorisation de fermeture tardive ont une dérogation pour fermer à 1 heure du matin. “Mais si les Bleus vont loin, il faudra faire plus, prévient Benoît Petiot. En 1998 on n'avait pas pu fermer de la nuit après la victoire.”

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.