Les cybergendarmes nordistes s'adaptent aux nouvelles menaces

Les cybergendarmes nordistes s'adaptent aux nouvelles menaces

INTERNET – A l’occasion du sixième Forum international de la cybersécurité (FIC) de Lille, les deux cellules départementales Nouvelle technologie (N'Tech) prodiguent de précieux conseils sur les dangers du Web. Ils doivent faire face à une délinquance en constante évolution en fonction des nouveaux usages. Rencontre.

Ils sont venus partager leur expertise. Dans le cadre du sixième Forum international de la cybersécurité (FIC) installé Lille Grand-Palais, les cybergendarmes du Nord-Pas-de-Calais prêchent la bonne parole jusqu’à ce mercredi.

Depuis le début des années 2000, les cellules départementales Nouvelle technologie (N'Tech), basées à Lille et à Arras, sont sur les dents. La dizaine de spécialistes de l’informatique, qui ont déjà formé quelque 80 gendarmes dans la région, doivent sans cesse s’adapter aux nouvelles formes de délinquance.

Des traces compromettantes

"Nous nous infiltrons sur les nouveaux réseaux sociaux à la mode pour surprendre les prédateurs sexuels, indique l’adjudant Nicolas Devin, responsable adjoint de la N'Tech Pas-de-Calais, qui a mené 330 enquêtes en 2013 (+20% par rapport à 2012). Nous surveillons également les suspects, en attendant qu’ils fassent des erreurs en laissant des traces compromettantes, comme une adresse IP, une adresse ou un nom."

Les cybergendarmes doivent aussi adapter leurs méthodes de travail en fonction des avancées technologiques. C’est le cas des smartphones de plus en plus perfectionnés. "Aujourd’hui, ces téléphones sont devenus de véritables ordinateurs en miniature, ajoute le major Franck Van de Velde, responsable de la section N'Tech Nord. Les petits jeux ou certaines applications peuvent être infectés par des virus et récupérer les données en secret. Nous agissons en amont pour les faire disparaître du marché."

Enfin, pour éviter l’explosion des affaires de vols par ruse, les cybergendarmes nordistes interviennent directement auprès des écoles, collectivités ou entreprises pour de la prévention. "Nous conseillons d’acheter sur des sites déjà situés en France. Cela facilite les choses en cas de litige, conseille le major Franck Van de Velde. Il faut aussi faire preuve de bon sens, en se méfiant par exemple des offres trop alléchantes et en passant toujours un coup de fil pour vérifier."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.