Les Français partagés sur la publication des caricatures

FRANCE
DÉBAT - Selon une étude Ifop pour "Le JDD", 50% des Français sont favorables à une limitation de la liberté d’expression sur Internet et sur les réseaux sociaux. Ils sont en revanche 57% à souhaiter la publication de caricatures de Mahomet "même si certains musulmans pratiquants se sentent blessés ou agressés".

Après avoir défilé en masse en soutien à l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo il y a tout juste une semaine, les Français seraient-ils devenus plus frileux à l’idée de défendre la liberté d’expression "constitutive de l'identité française" ? C’est tout le paradoxe d’un sondage Ifop réalisé pour Le Journal du dimanche (JDD), publié ce dimanche 18 janvier, qui révèle que 50% des Français sont favorables à une limitation de la liberté d’expression sur Internet et les réseaux sociaux.

Toujours selon ce sondage, cette demande est assez majoritaire "chez les sympathisants du PS et de l’UMP, les plus de 50 ans, les catégories populaires, les salariés du secteur public et les habitants des communes rurales". A l’inverse, 57% des sondés souhaitent que l’on continue à publier des caricatures du prophète Mahomet, "même si certains musulmans pratiquants se sentent blessés ou agressés", majoritairement chez les sympathisants du Front de gauche (73%).

81% pour la déchéance de la nationalité pour les terroristes

Au lendemain des attentats des 7, 8, et 9 janvier, les Français plébiscitent également et de manière impressionnante des mesures de fermeté contre leurs concitoyens tentés par le djihad ou des actes terroristes. Ils sont 81% à se déclarer favorables à la déchéance de la nationalité pour les personnes ayant la double nationalité condamnées pour des actes de terrorisme sur le sol français ; 68% à vouloir l’interdiction de sortie de territoire et l’interdiction du retour en France de citoyens français partis combattre (ou soupçonnés d’être partis combattre) dans des régions contrôlées par des groupes terroristes. Des mesures proposées par l’UMP mercredi soir.

EN SAVOIR + >> Terrorisme : de nouvelles lois verront-elles le jour ?

En revanche, les Français ne sont pas du tout favorables à des opérations militaires au Moyen-Orient. Ils sont 57% à rejeter de nouvelles interventions militaires en Syrie, au Yémen et en Libye, où la menace djihadiste s’intensifie, et 63% à refuser "l’intensification des opérations" en Irak pour combattre l’organisation de l’Etat islamique, dit "Daech", et Al-Qaïda, alors que Laurent Fabius doit se rendre jeudi à Londres pour participer à une réunion de la coalition internationale contre Daech.

EN SAVOIR + >> Déchéance de nationalité : "Il faut empêcher le retour de ceux qui partent faire le djihad"
 

Lire et commenter