Les locaux du PS à Nantes "éclaboussés de rouge", le parti va porter plainte contre X

FRANCE

FAIT DIVERS – Le collectif Pour un monde sans police entend "déclarer la guerre au pouvoir nantais" ‘ – partis politiques et police. Une nouvelle manifestation est prévue samedi à Nantes, devant le palais de justice, "contre les violences policières".

Du rouge. Pour rappeler le sang. Ce mardi, les passants du cours des 50-Otages ont pu découvrir la façade des locaux du parti socialiste maculés de peinture rouge. Les dégradations ont été revendiquées dans la journée par un collectif, baptisé "Pour un monde sans police".

Dans un communiqué, les militants expliquent leur geste, en faisant référence à Rémi Fraisse, décédé lors de la mobilisation contre le barrage de Sivens dans le Tarn , ou encore aux "blessés et mutilés par la police" lors des manifestations anti-aéroport qui ont eu lieu à Nantes ces derniers mois. "Le Parti socialiste et sa police tuent ont du sang sur les mains", indique le collectif, pour qui "le pouvoir nantais nous a déclaré la guerre".

Assemblée générale et manifestation

Cette action intervient dans un climat d’effervescence dans les groupuscules contre les violences policières qui sont très actifs actuellement à Nantes, agissant souvent en marge des à côté des mouvements plus institutionnels contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Acipa, Cédpa, Copain 44…). Ainsi des militants d'extrême gauche, anti fascistes et anarchistes ont prévu ce mercredi une assemblée générale à l’Université de Nantes pour "échanger et s’organiser" après le drame de Sivens.

Face à ce qu'ils estiment être un "déchainement de la répression étatique", qui "cherche à museler la résistance", le mot d’ordre est clair: il faut "reprendre la rue". Le prochain rendez-vous est d’ores et déjà fixé. Ils appellent à rejoindre la manifestation de samedi à 14 heures devant le Palais de justice, organisée initialement par les comités locaux contre Notre-Dame-des-Landes pour dénoncer "les "procès incessants" contre les opposants, notamment après la manifestation du 22 février dernier.

Lire et commenter