Les lycéens se mobilisent pour Sefo, menacé d'expulsion à 2 mois du bac

Les lycéens se mobilisent pour Sefo, menacé d'expulsion à 2 mois du bac

DirectLCI
JUSTICE – Menacé d’expulsion, Sefo, 19 ans, se bat pour rester en France. Un recours devant le tribunal administratif de Marseille a été déposé jeudi matin. Il sera fixé sur son sort dans les prochains jours.

L’affaire Leonarda avait ému la France entière, le cas de Sefo mobilise Marseille. Une mobilisation bruyante en témoigne la centaine de lycéens réunis mercredi matin devant les portes du tribunal administratif pour demander l’interruption de la procédure d’expulsion menée à l’encontre du jeune homme de 19 ans et de sa famille. "C’est un scandale, ce qui se passe là s’époumone Nadia aux côtés de ses amis. Sefo, tout le monde le connaît au lycée Victor Hugo (3ème), tout le monde l’apprécie".

"C’est une injustice profonde", appuie l’un de ses professeurs dans le brouhaha de la manifestation où les slogans tels que "des papiers pour Sefo" sont entonnés par les lycéens. "C’est un très bon élève reprend le professeur de physique, il a toutes les qualités pour réussir son bac dans deux mois et faire de brillantes études", ajoute-t-il. Des témoignages de soutien qui font "chaud au cœur", confie Sefo avant de se rendre à l’audience du tribunal pour étayer le recours contre l’obligation de quitter le territoire mené par son avocat.

Le jugement mis en délibéré

Pendant près de 30 minutes, le jeune lycéen a plaidé sa cause devant le juge mettant en avant son "histoire" et celle de sa famille. Menacé par la communauté Albanaise de Macédoine, son père décide en 2011 de quitter son pays d’origine avec sa femme et ses deux enfants. "Il n’avait pas le choix, on a reçu des menaces de mort", explique Sefo. Direction Marseille. Le statut de réfugié politique est aussitôt demandé. Sans connaître le moindre mot de français, Sefo est scolarisé. Mais à en juger son aisance à communiquer, l’apprentissage se passe rapidement.

"Son intégration c’est le fait qu’il a une scolarité exemplaire et que ses parents, en mettant leurs enfants à l’école, démontrent leur volonté de s’intégrer explique leur avocat Thomas Callen. Ce n’est pas une logique à la carte. La problématique de Sefo est liée à celle de ses parents. Soit on gagnera tout, soit on perdra tout et ils seront tous expulsés". Mis en délibéré, le jugement sera rendu dans les prochains jours.
 

Plus d'articles