Les Marseillais jugent La French à la sortie du ciné

Les Marseillais jugent La French à la sortie du ciné

DirectLCI
CINEMA – Avec plus 30.000 spectateurs en 5 jours d’exploitation dans les Bouches-du-Rhône, le film "La French" connaît un beau succès. Notamment à Marseille où il a été en partie tourné. Mais qu’en pensent les Marseillais? Réactions à la sortie du cinéma.

À voir les mines ravies d’Alexandre et Nicolas à la sortie cinéma du Prado dans le 8e arrondissement de Marseille, pas de doute les deux jeunes hommes ont apprécié La French . "Bon film, bons acteurs, bon scénario. Un bon moment de ciné", résume l’un d’entre eux.

En bonus, les deux Marseillais apprécient que le film de Cédric Jimenez ne soit "pas une succession de clichés sur la ville". "Certains ont l’accent, mais ça va. Dans l'ensemble, ça ne fait pas trop pagnolesque", remarque Nicolas qui n’était d’ailleurs pas né à l’époque du face à face entre le juge Pierre Michel et du truand Gaëtan Zampa.

EN SAVOIR + >> Jean Dujardin : "Sur 'La French', j'ai lâche les lions"

"30 ans en arrière"

"Ah moi, je m’en rappelle bien, souligne pour sa part Jean-Louis en mettant ses lunettes de soleil à la sortie du cinéma. Ça s’est passé juste à côté de là, en face du stade Vélodrome. Pas comme dans le film où le meurtre a été tourné dans le quartier Longchamp", note-t-il en faisant la moue.

Un petit anachronisme qui n’a toutefois pas gâché le plaisir du septuagénaire, impressionné par l’ambiance du film. "J’ai eu le sentiment d’être 30 ans en arrière, assure-t-il. C’est vraiment bluffant. Les décors, les habits, les lieux... Tout me faisait penser au Marseille que j’ai connu à cette époque", constate-t-il avec une pointe d’émotion dans la voix.

EN SAVOIR + >> Dans les Bouches-du-Rhônes, le gros carton de "La French"

"Rien n’a changé"

"C’est vrai que c’est bien retranscrit", commentent Jean-Pierre et Simone. Petit bémol selon eux : "le réalisateur n’a pas été assez incisif sur le rôle de Gaston Deferre (à l’époque maire de Marseille) ». "Pour moi, son rôle a été bien plus ambigu que ce que montre le film", relève Jean-Pierre.

"C’est une page de l’histoire de Marseille", poursuit Simone. "Mais quand on voit tous les trafics aujourd’hui et les règlements de compte qui vont avec, on se dit que rien n’a changé", dit-elle un brin philosophe.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter