Les profs de Bellefontaine réclament des moyens supplémentaires

Les profs de Bellefontaine réclament des moyens supplémentaires

DirectLCI
EDUCATION – Retenu pour tester la future réforme des Réseau d'éducation prioritaire applicable en 2015, le collège Bellefontaine a vu son personnel entamer une grève il y a une semaine pour réclamer des moyens. Du côté de l'inspection d'académie, on précise que ces dotations existent déjà.

Ils réclament l'application de la réforme Peillon. Près de 75% des enseignants et personnels éducatifs du collège Bellefontaine sont en grève depuis une semaine.

Motif de leur courroux: la non attribution depuis la dernière rentrée de moyens humains et financiers pour tester le nouveau dispositif REP+ (Réseau éducation prioritaire) réformé par l'ancien ministre de l'Education nationale. "C'est historique, c'est la première fois que l'on doit se battre pour faire appliquer une réforme", glisse froidement David, professeur d'histoire à Bellefontaine depuis trois ans.

Un accueil continu pour les sixièmes

Retenu pour l'année 2013-2014 afin d'appliquer la nouvelle configuration des Réseaux d'éducation prioritaire qui doit être généralisée en septembre 2015 , le collège Bellefontaine n'a pas encore vu le moindre renfort arriver, ni d'heures supplémentaires de cours débloquées, selon le personnel en grève qui estime ne pas avoir les moyens de mettre en place la réforme.

"Le nouveau dispositif envisage un accueil continu des élèves de sixième de 8h30 à 16h30, soit 51 heures de plus par semaine, et le texte stipule des heures de récupération", ajoute Marie, enseignante en espagnol. "Cette réforme va dans le bon sens, mais il faut nous octroyer des moyens supplémentaires", ajoute David.

Bientôt une entrevue entre les grévistes et l'IA

Du côté de l'administration, on ne fait pas le même calcul quand on se penche sur les emplois du temps. "Pour les sixièmes, il a été octroyé cette année 324 heures supplémentaires, il faut les utiliser afin de voir si le volume est suffisant", note Franck Picaud, inspecteur d'académie adjoint.

Quant aux heures de récupération réclamées par la communauté éducative, Franck Picaud précise qu'elles existent déjà à Bellefontaine : depuis 2012, les nouveaux horaires d'enseignement permettent de dégager 1h30 de temps de concertation par semaine. Alors que les grévistes ont écrit il y a quelques jours à la ministre de l'Education nationale pour tenter de "sortir de cette impasse", l'Inspection d'académie devrait leur proposer une nouvelle entrevue dans les prochains jours.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter