Les sous-traitants d'Airbus ont le blues

Les sous-traitants d'Airbus ont le blues

France
DirectLCI
EMPLOI – Alors que les cahiers de commandes d'Airbus sont plein, la situation des sous traitants est paraddoxalement inquiétante. Les salariés et acteurs économiques tirent la sonnette d'alarme.

De nombreuses sociétés de Toulouse et Midi-Pyrénées s'inquiètent de l'absence de nouveaux programmes chez Airbus. Depuis le décollage réussi de l'A350 en juin 2013, les sous-traitants spécialisés dans l'ingénierie ont conclu une période faste avec le lancement de trois avions en moins de douze ans (A380, A400M et A350). Et avec l'absence de nouveaux types d'avions dans les années à venir s'apprêtent à traverser une période de vaches maigres.

"Ce n'est pas une surprise cela fait plus d'un an que nous le savons", affirme à metronews Anouck Déqué la présidente de la CGPME. Elle dit recevoir depuis de longs mois de nombreux signaux d'alertes de la part des petites et moyennes entreprises membres de son syndicat. "Dans la région, il y a un problème de diversification, car à part l'aéronautique, il n'y a pas grand-chose.", glisse encore Anouck Déqué. Une situation aggravée par la disparition de la chimie depuis l'explosion de l'usine AZF en 2001. A ce jour ce secteur d'activité n'a toujours pas été remplacé. Du coup Midi-Pyrénées et ses bureaux d'études, qui emploient entre 6000 et 7500 personnes, affichent une forte dépendance à Airbus.

3000 à 5000 emplois menacés

"A terme ce sont 3000 à 5000 emplois qui sont menacés dans la région d'ici à la fin 2015", prédit Robert Amade, ingénieur d'études chez Sogeti High Tech et qui travaille à 85% pour le fabriquant de l'A380. Pour ce dernier, l'augmentation de profitabilité d'Airbus (de 6 à 10%) décidée il y a quelques mois est responsable de la nouvelle donne.

"Les sous-traitants filent tout droit à Pôle Emploi. Bientôt ce sont les salariés d'Airbus eux-mêmes qui seront menacés" ajoute-t-il. C'est pour informer de la situation que des militants de la CGT distribueront des tracts jeudi matin devant le principal site d'Airbus.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter