Les tirs de kalachnikov perturbent la visite de Manuel Valls à Marseille

Les tirs de kalachnikov perturbent la visite de Manuel Valls à Marseille

DirectLCI
SECURITE – Pour sa première visite à Marseille en tant que Premier ministre, Manuel Valls a pu mesurer le chemin à parcourir dans une ville victime selon lui de "caricatures" et de "raccourcis".

Viendra, viendra pas ? Dans une cité de la Castellane en quasi-état de siège après la fusillade de lundi matin , la venue du Premier ministre, Manuel Valls a longtemps alimenté les conversations des habitants sur place. "Je pense qu’il va venir. Ils viennent toujours quand ils se passent des gros trucs comme ça", confiait Rachid devant l’impressionnant barrage de policiers barrant l’accès de la cité.

"Je ne sais pas ce qu’il compte faire", ajoutait le député PS des 15ème et 16ème arrondissements, Henri Jibrayel, craignant toutefois que les habitants ne se sentent "stigmatisés" par une visite ministérielle. Finalement, le Premier ministre n’a pas bouleversé son programme. Après une visite en début d’après-midi aux camps des Milles près d’Aix-en-Provence, Manuel Valls s’est rendu en préfecture de police à Marseille, non sans mesurer la gravité des événements de la matinée.

S’attaquer aux "raccourcis"

Vantant "sans triomphalisme" les résultats "encourageants" contre la délinquance, il a souligné que "les événements de ce (lundi) matin à La Castellane sont inacceptables". Félicitant aussi la rapidité des forces de l’ordre pour protéger la population sur place, il a ensuite laissé la parole au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour faire un premier bilan des opérations sur place.

"Sept kalachnikovs et plusieurs kilos de drogue (une vingtaine, ndlr) ont été retrouvés par la police lors de l'intervention dans le quartier marseillais de La Castellane, théâtre de coups de feu contre la police lundi matin, a-t-il annoncé. Des prélèvements ADN ont également été effectués "afin de pouvoir procéder à l'arrestation des personnes" à l'origine de cette fusillade, a-t-il également indiqué devant les forces de l’ordre.

A LIRE AUSSI >>  Drogue, kalachnikovs : la Castellane au bord de la crise de nerfs

"Il y aura encore des coups durs, des difficultés, des rechutes (...) policiers et gendarmes savent d'ailleurs parfaitement à quoi s'attendre", a ajouté Manuel Valls en référence aux tirs de kalachnikovs de lundi matin.

Dans une interview à La Provence publiée en amont de sa visite, le Premier ministre déclarait vouloir s'attaquer aux "caricatures" et aux "raccourcis" dont serait victime Marseille. Une manière d’étendre son message au-delà de la sécurité. Mais les événements de la Castellane lui permettront de mesurer le chemin à parcourir.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter