L'Etat fait la chasse aux mouillages sauvages aux Îles de Lérins

L'Etat fait la chasse aux mouillages sauvages aux Îles de Lérins

DirectLCI
ENVIRONNEMENT – Des tonnes de déchets, souvent jetés par des plaisanciers plus soucieux de se créer un mouillage que de la préservation de ce site naturel classé, sont actuellement repêchés au nord de Sainte-Marguerite.

Un moteur de camion encore plein d’huile de vidange, une énorme ancre de près de deux tonnes datant de plus de cent ans et près de 250 pneus remplis de béton et autres blocs de ciment. Autant de mouillages sauvages dans les eaux peu profondes de l’Île Sainte-Marguerite, zone classée Natura 2000, que des plaisanciers utilisaient comme "corps-morts" illicites.

Jusqu'à la fin de la semaine

"Nous mettons en œuvre pour la première fois notre stratégie de dépollution et de suppression des zones de mouillage illégaux" explique Dominique Dubois, directeur adjoint des Territoires et de la Mer dans les Alpes-Maritimes. Il coordonne cette vaste opération de "police de l’environnement" aux Îles de Lérins, qui se déroule jusqu’à la fin de la semaine et mobilise une centaine de personnes, avec le précieux concours du baliseur Provence, celui-là même qui avait placé la bouée scientifique Eol dans la rade de Villefranche-sur-Mer

Des procédures administratives ont été lancées depuis mars dernier pour dresser des "contraventions de grande voirie" à l’encontre des "propriétaires" identifiés. "Cent vingt mises en demeure ont déjà été prononcées sur l’ensemble des Alpes-Maritimes". L’objectif pour l’Etat : remplacer ces mouillages illégaux, anarchiques et parfois polluants par des mouillages officiels, organisés et cantonnés dans des zones bien délimitées.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter