Libéré, Loup Bureau de retour en France : que reprochait le gouvernement turc au journaliste ?

DirectLCI
LIBÉRATION - Le Français Loup Bureau est arrivé ce dimanche matin à Paris après avoir passé 51 jours dans une geôle turque. Pourquoi Ankara avait décidé de jeter ce journaliste en prison ? Explications.

Arrivé ce dimanche matin à Paris, Loup Bureau vient de passer plus de 50 jours dans une prison turque. Arrêté le 26 juillet à la frontière turco-irakienne, le journaliste avait été placé dans les geôles turques après la découverte en sa possession de photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (mouvement considéré comme une émanation du PKK et donc comme "terroriste" par Ankara). 


Ces images, qui proviennent d'un reportage sur les conditions de vie des Syriens datent, selon sa défense, de 2013 et avaient été diffusées dans un documentaire sur TV5 Monde. 

Un membre du YPG, selon Ankara

Le reporter indépendant de 27 ans, formé à l'Ihecs à Bruxelles et qui collabore également avec le site Slate ou encore Arte,  est accusé par Ankara d'appartenance à "une organisation terroriste armée", soupçonné d'être un "membre" des YPG. Ces "Unités de protection du peuple" sont considérés comme la branche syrienne du PKK turc. 


Un chef d’accusation commun pour les journalistes en Turquie puisque, dans un communiqué du 3 août, Reporters Sans Frontières indiquait avoir assisté "encore la semaine dernière à l'ouverture du procès de 17 collaborateurs du quotidien indépendant Cumhuriyet, qui risquent jusqu’à 43 ans de prison pour “terrorisme”'.

170 journalistes emprisonnés en Turquie

Cent-soixante dix journalistes sont détenus dans le pays, selon le site spécialisé P24. Les journalistes turcs sont de loin les plus touchés, mais leurs confrères étrangers ne sont pas épargnés.   

En mai, Mathias Depardon, un photojournaliste français, était lui aussi arrêté dans le sud-est de la Turquie, soupçonné de "propagande terroriste" pour le compte du PKK pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des photos prises lors d'un reportage. Il avait été expulsé après un mois de détention et une importante mobilisation.

Plus d'articles

Sur le même sujet