Lille, bon élève de la réforme des rythmes scolaires

Lille, bon élève de la réforme des rythmes scolaires

EDUCATION – La capitale nordiste va investir trois millions d’euros par an et embaucher une centaine d'animateurs pour fournir 1h35 de véritables activités périscolaires par semaine. Et pour respecter les "rythmes naturels des enfants", la ville a opté pour un accueil le samedi matin, en plus du mercredi.

La capitale du Nord fait figure de bon élève dans la réforme des rythmes scolaires. Si Martine Aubry, maire (PS) de Lille, avait demandé une année supplémentaire, c'était pour mieux peaufiner sa lancée, qui débutera à l'occasion de la rentrée des classes de ce mardi. 

Selon la réforme, cinq matinées de cours par semaine sont devenues obligatoires, dont le mercredi. A Lille, on a opté également pour le samedi matin, pour les 12 500 écoliers concernés . "L’heure d’entrée passe de 8h30 à 8h40, indique à metronews Charlotte Brun, adjointe à l'éducation. L’heure de sortie sera la même tous les jours, soit 16h15. Ces horaires sont plus respectueux du rythme naturel des enfants."

1h35 d'activités périscolaires

Selon l'élue lilloise, le choix du samedi matin a été choisi pour éviter des coupures de deux jours, qui nuiraient à "la chronobiologie des écoliers". Par ailleurs, les 1h35 d'activités périscolaires auront lieu une après-midi par semaine. Et contrairement à d'autres villes, Lille a mis le paquet sur ces nouveaux apprentissages. Quelque trois millions d’euros seront investis par an, notamment via l'embauche d'une centaine d'animateurs.

"Il y aura trois types d’activités gratuites proposés par trimestre", ajoute Charlotte Brun. Elles s'articuleront autour de quatre axes : les savoirs de base; la culture et les arts; le sport et le bien-être et le développement durable, la citoyenneté et les langues étrangères. "Les directeurs d’école auront la liberté de les choisir en fonction des besoins de leurs élèves", relève l'élue.

Les activités spécifiques et thématiques seront assurées par des intervenants extérieurs et des associations, dont la ville utilise déjà les services, depuis 2005, dans le cadre de son Plan éducatif global. "Notre ambition est l'épanouissement et la réussite de l'enfant", résume Charlotte Brun.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Nouveaux raids israéliens sur Gaza, l'armée dément finalement l'envoi de troupes au sol

Dans les villes mixtes d'Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

EN DIRECT - Covid-19 : la Guyane reconfinée jusqu'au 30 mai face à la flambée de l'épidémie

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.