Lille en overdose de grandes surfaces ?

Lille en overdose de grandes surfaces ?

COMMERCE – Tandis que plusieurs galeries commerciales n'arrivent plus à remplir leurs espaces et que les Galaries Lafayette évoquent l'idée de partir, les Verts de Lille dénoncent des "opérations financières" non-fondées sur les besoins des Lillois. De son côté, la ville de Lille a décidé de combattre les loyers trop élevés.

Depuis plusieurs années, les galeries commerciales et autres grandes surfaces n'ont plus la cote chez les consommateurs lillois. L'Espace 31, rue de Béthune, est en train de se vider de ses enseignes. Après trois disparitions importantes (La Grande Récré, Grand Optical et Adidas), les Galeries Lafayette ont laissé entendre leur départ . Du côté de la galerie des Tanneurs, les coquilles vides s'accumulent aussi . A Euralille, le grand magasin Planet Saturn n'aura pas réussi à trouver un successeur. Idem pour le batiment Surcouf, rue du Molinel, qui cherche désespérement un repreneur.

"Ce sont des opérations financières de grands groupes, qui ne sont pas fondées sur un besoin réel des Lillois, indique à metronews Lise Daleux, chef de file du groupe Europe Écologie les Verts (EELV) Lille. Ces projets, comme le futur centre Lillenium, ne favorisent pas le maintien des commerces indépendants. Les consommateurs cherchent de la traçabilité et de la qualité. Les halles de Wazemmes sont, elles, constamment remplies de commerçants."

Des loyers trop élevés

Pourtant, la tendance se poursuit. Outre Lillenium prévu pour 2016, une autre galerie commerciale axée sur le luxe va ouvrir ses portes, en juin 2015, au rez-de-chaussée de la Chambre et de commerce et d'industrie (CCI) de Lille . Quant à Euralille, 48 millions d'euros sont investis pour une rénovation complète d'ici au printemps 2015 . "Ces grandes surfaces manquent souvent de visibilité et souffrent de la crise, commente Thierry Pauchet, conseiller municipal (UDI) d'opposition. Toutes les situations ne sont pas comparables. A l'Espace 31, les loyers sont trop chers, car la ville a été trop exigeante sur le projet d’urbanisme. Les investisseurs attendent un retour sur investissement, ce qui est normal. Le problème vient en réalité des loyers commerciaux trop hauts, qu'il faut stabiliser."

Car aujourd'hui, la capitale nordiste est reconnue comme la troisième ville la plus chère de France en la matière . En août dernier, Martine Aubry a décidé de faire encadrer ceux-ci sur certains secteurs , dans le cadre de l'expérimentation de la loi Alur. "Ces commerces vacants, qui ont pour origine les loyers et le pouvoir d'achat, nous préoccupent, nous indiquait la maire socialiste. Grâce à un travail avec les commercialisateurs, nous avons pu débloquer la situation rue Nationale. Des commerces vont bientôt arriver." La maire de Lille pourrait évoquer ce sujet lors du conseil municipal du 24 novembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Euro : Suisse, Suède, Angleterre et République tchèque qualifiées pour les 8e de finale

Autonomie de 1000 km, charge en 3 min... Découvrez la première berline à hydrogène française

VIDÉO - "Mon cœur battait la chamade !" : la voisine française du "Serpent" n’a rien oublié

EN DIRECT - Covid-19 : 10.386 personnes hospitalisées, dont 1655 en soins intensifs

Ce bateau conçu en France défie les lois de la physique

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.