Lille : il avait lancé une grenade dans le métro

Lille : il avait lancé une grenade dans le métro

DirectLCI
FAIT DIVERS – Une homme de 32 ans était jugé, jeudi, au tribunal de Lille pour avoir lancé une grenade dans le métro en septembre. L’engin, qui contenait des lames de rasoirs et des billes de plombs, était en fait destiné à sa mère.

Grosse frayeur pour les voyageurs du métro. Un individu de 32 ans a été jugé, jeudi, au tribunal de Lille, pour des faits aussi extraordinaires qu’inquiétants. Le 5 septembre dernier, il avait jeté une grenade à l’intérieur de la station de métro Triolo à Villeneuve d’Ascq, dans le Nord. Ce soir-là, le trafic avait été interrompu alors que Patrick Bruel donnait un concert au Grand Stade tout proche.

Sur place, les policiers découvrent un engin contenant des lames de rasoirs et des billes de plombs mais pas de système de mise à feu, précise nos confrères de La Voix du Nord. Après une enquête approfondie, les policiers finissent par mettre la main sur l’auteur de ce jet de grenade. A la barre, il a expliqué avoir jeté son engin après s’être querellé avec un autre passager. Mais la grenade était normalement destinée à sa mère qu’il déteste. Le tribunal a renvoyé l’affaire pour pouvoir effectuer une expertise psychiatrique.

Il menace de passants avec une arme chargée

L’histoire aurait pu en rester là sauf que l’auteur du jet de grenade, est loin d’être un inconnu des services de police. Le 26 novembre dernier il avait même semé un véritable vent de panique dans les rues de Croix , une commune proche de Roubaix. Ce jour-là, ivre et armé d’un pistolet, il menace d’abord de tuer une jeune fille en lui pointant son arme sur la tempe. Un sexagénaire qui croise son chemin est violemment frappé à coups de crosse. Le prévenu va ensuite tenter de braquer une boulangerie tandis que plusieurs automobilistes sont visés avec l’arme.

Finalement interpellé, les policiers découvrent que l’arme était bel et bien chargée. La Voix du Nord cite également une source policière affirmant que des témoins ont entendu des bruits de percussions. L’arme s’est sans doute enrayée et un drame a été évité de peu. Le suspect a évoqué une amnésie liée à l’alcool pour expliquer son comportement. L’expertise psychiatrique réalisée après son arrestation l’a déclaré pénalement responsable. Il a été placé en détention provisoire.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter