Lille : le rectorat réclame des "clarifications" au lycée musulman Averroès

Lille : le rectorat réclame des "clarifications" au lycée musulman Averroès

DirectLCI
EDUCATION - Le rectorat de l'académie de Lille a envoyé une mission d’inspection, après qu'un ancien professeur a accusé l'établissement de laisser se diffuser des idées islamistes et antisémites en son sein. Au final, elle demande à la direction de "clarifier le statut et la place du religieux dans l’établissement".

Envoyée par le rectorat d'académie, la mission d’inspection a rendu ses conclusions au sujet du lycée privé musulman sous contrat Averroès. L'établissement a en effet été la cible d'accusations d'un enseignant de philosophie, qui a évoqué des idées islamistes et des propos antisémites de la part de certains élèves.

C'est une tribune, publiée le 6 février dans Libération et intitulée " Pourquoi j'ai démissionné du lycée Averroès ", qui a mis le feu aux poudres. Il y accuse l'établissement de jouer un "double jeu", en montrant d'un côté "patte blanche dans les médias" et de l'autre en diffusant "de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme". En réponse, le lycée Averroès a porté plainte pour diffamation et injure non publiques .

"Clarifier la place du religieux dans l’établissement"

Pour en savoir plus, une mission d'inspection s'est donc rendue sur place. Selon elle, les termes du "contrat de l’établissement avec l’Etat sont globalement respectés". Mais l'instance préconise tout de même "de clarifier le statut et la place du religieux dans l’établissement."

Concrètement, elle demande à l'établissement de "mettre en place et faire vivre les instances de régulation (conseil pédagogique, CESC)", de "dissocier plus clairement les instances de l’Association Averroès de celles de l’établissement", de "lever les ambiguïtés entre l’enseignement de la philosophie et le cours optionnel d’éthique religieuse" et de "mettre en place un accompagnement par une équipe de formateurs académiques pour faciliter la mise en place de l’enseignement moral et civique à la rentrée prochaine".

De son côté, la direction du lycée Averroès s'est félicitée que la mission d’inspection "n'a relevé aucun fait d'antisémitisme, de radicalisation, ni d'atteinte aux principes et aux valeurs de la République" et qu'elle "désavoue totalement les accusations graves et infondées proférées par le professeur de philosophie".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter