Lille soigne son entrée sud

Lille soigne son entrée sud

DirectLCI
URBANISME - Les travaux spectaculaires de la porte de Valenciennes ont littéralement métamorphosé cette entrée. Metronews vous guide à travers un chantier qui devrait être achevé d’ici à 2019.

Celui qui a quitté Lille il y a une petite dizaine d’années et qui y reviendrait aujourd’hui aurait bien du mal à reconnaître l’entrée du sud, via la porte de Valenciennes. Depuis 2007, ce quartier a entamé une mutation en profondeur. "L’idée était de refaire de la ville dans un endroit où se trouvaient des barres d’immeubles, explique Stanislas Dendievel, adjoint à l’urbanisme. Avec les travaux entrepris, cette entrée de Lille est métamorphosée." C’est peu de le dire tant la transformation est radicale. Les barres d’immeubles ont été détruites pour laisser place à un vaste programme de constructions neuves sur 16 hectares . Logements, bureaux, commerces et équipements divers sortent peu à peu de terre pour donner une nouvelle vie à cet important lieu de passage, où tout sera terminé d’ici à 2019. "La mutation du quartier est fulgurante, et encore ce n’est pas terminé", selon la SPL Eurallille, à l’origine de cette transformation. Peu à peu, le quartier se met à revivre.

> Moulins relié à Euralille
Le symbole de cette métamorphose est sans conteste ce bâtiment à l’architecture originale qui abritera une auberge de jeunesse, une crèche pouvant accueillir 70 enfants et le Centre des innovations socio-économiques (Cise) qui regroupera des entreprises liées à l’économie sociale et solidaire d’ici à la fin de l’année. Autre symbole de l’avancée du chantier, la reconnexion, depuis cet été, du boulevard de Belfort avec le boulevard Painlevé. "Des quartiers qui ne l’étaient pas sont désormais reliés, apprécie Stanislas Dendievel. Moulins est maintenant connecté à Euralille par un parcours agréable." La liaison vers le centre-ville passe aussi par le nouveau quartier du Bois-Habité dans le cadre du projet Euralille 2. Sur 22 hectares, des logements, des bureaux et des commerces en rez-de-chaussée sont installés dans des constructions à l’architecture moderne. Là encore, c’est un nouveau quartier qui a été inventé. "Toujours dans cette optique de rendre la ville plus belle", note Stanislas Dendievel.

> Vers un secteur de la connaissance
Autour du parc Jean-Baptiste Lebas, de nombreuses structures liées au savoir vont être réhabilitées. Le chantier a déjà commencé pour Science Po Lille, qui s’installera, à la rentrée 2016, dans les 82 000 mètres carrés de l’ancienne fac de lettres, rue Angellier, juste en face de la Maison de l’éducation permanente et de son importante bibliothèque universitaire. A quelques dizaines de mètres, une Maison des chercheurs va s’installer dans les locaux actuels du centre de formation de Lille-I (Cueep), tandis que l’Ecole de journalisme de Lille, qui reste dans ses locaux historiques de la rue Gauthier-de-Châtillon, sera elle aussi toute proche. Le quartier renoue donc avec son passé estudiantin, quand les universités y étaient nombreuses avant leur déménagement vers la périphérie dans les années 1960. Quelque 10 000 étudiants, chercheurs, enseignants et chefs d’entreprise se croiseront dans ce secteur voulu comme le point de convergence de ce quartier de la connaissance. Pierre Mathiot, directeur de Sciences Po Lille y voit déjà la promesse "d’une belle émulation intellectuelle". Quant à Stanislas Dendievel, il met l’accent sur la future "mise en réseau des structures d’enseignement et de recherche".

> L’îlot Pépinière, trait d’union vers Saint-Maurice
C’est le plus petit projet de réamé- nagement mené par la SPL Euralille. Dans le prolongement de la gare Lille-Europe, en direction du quartier de Saint-Maurice-Pellevoisin, l’îlot Pépinière servira de trait d’union entre la frénésie du quartier d’affaires et la vie de quartier autour de la rue du Faubourg-deRoubaix. Sur les 2,2 hectares d’une ancienne pépinière laissée en friche, 250 logements e t 3 000 mètres carrés de commerces et de services vont être construits. « Il y aura aussi un programme d’accueil d’une résidence des Papillons blancs, pour les personnes handicapées, précise la SPL Euralille. Le bout de la rue du Faubourg-de-Roubaix va subir un lifting et la place Désiré-Bouchée être réaménagée. » Dans ce secteur très boisé en pleine ville, le projet prévoit de conserver l’héritage végétal laissé par l’ancienne pépinière. La réunion publique du 20 février a dévoilé le calendrier d’un chantier qui démarrera dans un an pour s’achever à l’horizon 2020.

> Euralille 3000 veut s’ouvrir au public
Né dans les années 1990, le quartier d’affaires Euralille est aujourd’hui le troisième de France, du fait de son activité économique, après la Défense à Paris et la Part-Dieu à Lyon. Une réussite qui n’empêche pas la nécessité de réfléchir à l’avenir. C’est la mission du projet Euralille 3000, qui imagine des solutions pour rendre cette zone plus vivante. "C’est un quartier très différent du reste de la ville et mal connu des habitants, note la SPL Euralille. L’avenir, c’est d’en faire un endroit animé vingt-quatre heures sur vingt-quatre avec des logements et une vie nocturne plus intense." Le périphérique vers Saint-Maurice sera ainsi recouvert pour créer une vaste esplanade de commerces. L’avenue Willy-Brandt sera, elle, repensée pour générer plus de déplacements piétons entre les lieux culturels

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter