L’ingénieur, en crise de schizophrénie, avait poignardé une prostituée

L’ingénieur, en crise de schizophrénie, avait poignardé une prostituée

JUSTICE – En février 2013, un ingénieur avait poignardé une prostituée dans une chambre d’hôtel à Nantes. Présentant un profil de schizophrène, il était jugé lundi.

Il a 27 ans et travaille à l’Insee. Derrière ce profil a priori banal se cache un homme souffrant de graves troubles psychiques. Ses tendances schizophréniques ont amené cette ingénieur à agresser sauvagement une prostituée en le blessant de plusieurs coups de couteau. Une affaire pour laquelle il comparaissait lundi devant le tribunal de Nantes, lundi.

Les faits se sont produits en février 2013. L’homme prend une chambre à l'hôtel au Novotel, et y amène une prostituée, comme le rapporte Ouest-France dans son édition de mardi. Après l'avoir payée, alors qu’elle recompte l’argent, il l’assaille de coups de couteau. "Il ricanait et visait ma tête", témoigne la jeune femme, qui dit s’être enfuie "à quatre pattes dans le couloir en criant à l'aide", le sang coulant de son cou. Elle s’en tirera avec 17 plaies.

Un schizophrène qui ne suit pas son traitement

L’enquête révèle que l’homme est en fait atteint de schizophrénie et qu'il ne suit pas son traitement. Selon les psychiatres qui l’ont observé, l’ingénieur présentait "une abolition totale du discernement au moment des faits" et était de manière générale, dangereux.

Lors de l’audience, le jeune ingénieur, qui se présentait sans avocat, est resté muet. Il a commis ce geste pour un motif crapuleux, s'est-il défendu. Un mobile peu crédible, puisqu'il avait quitté la chambre en laissant le sac de la prostituée, qui contenait 2 000 euros et un ordinateur.
Trois ans de prison ferme

L’enquête indique que l'accusé avait acheté un couteau "pour tuer sa mère, qu'il soupçonnait d'avoir des relations incestueuses avec son autre fils", précise Ouest-France. Avant les faits, rapporte encore le journal, il avait "acheté des cordes de pendaison, envisageant de se suicider, et avait noyé son hamster dans la douche".

Le procureur a cependant estimé qu'il n’avait pas eu l'intention de tuer la victime. La tentative d’homicides a été requalifiée en violence, et l'homme a écopé de trois ans de prison ferme, assortie d'une obligation de soins.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - L'ONU "profondément inquiète" de l'escalade des violences en Israël et dans les territoires palestiniens occupés

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.