Lutte contre la radicalisation : "Il n’y a pas de profil type"

France
DirectLCI
Un premier centre de déradicalisation va ouvrir ses portes à Chinon en Indre-et-Loire. Ouisa Kies, sociologue et spécialiste de la radicalisation, explique qu’il n’y a pas de "profil type". Elle ajoute : "Il y a des personnes qui ont été déçues, qui n’allaient pas forcément combattre mais qui croyaient à un idéal. Il y a des personnes qui sont revenues malgré elles. Et il y aussi certainement des personnes très dangereuses pour nous. On ne peut pas proposer un profil type".

Sur le même sujet

Lire et commenter