Lycéens en jupe : qu'attendre de la manifestation prévue à Nantes?

FRANCE
DirectLCI
SOCIETE – Le mouvement de la Manif pour tous appelle à manifester à 13 h devant le lycée Clémenceau à Nantes, pour demander le retrait d’une journée de la jupe organisée dans 27 lycées de l’Académie de Nantes.

Quelle sera l’ambiance, ce jeudi à 13 heures, devant le lycée Clémenceau ? La fronde sur Internet contre la journée de la jupe va-t-elle mobiliser ? L’établissement public est en effet depuis hier la cible des critiques du mouvement de la Manif pour tous. En cause, sa participation vendredi à une action lancée par des lycéens et relayée par l’Académie, intitulée "Ce que soulève la jupe". 

La journée se veut en fait un temps d’échange et de débats entre garçons et filles autour de l’égalité et contre le sexisme. Mais parmi les propositions d’animations présentées, l’une d’elle a fait polémique : il est proposé "aux filles, et garçons, élèves et adultes de porter une jupe ou un autocollant 'Je lutte contre le sexisme, et vous ?'"

D'Internet à l'Assemblée nationale

L'idée a scandalisé les mouvements de défense de la famille et les pourfendeurs de la théorie du genre. Plusieurs groupes de militants ont d'ailleurs tronqué et déformé l'information, affirmant que c'était une décision prise par l'Académie obligatoire pour tous les élèves. Et sur Twitter, les condamnations se sont enchaînées. Olivier Vial, président de l'Uni, mouvement étudiant marqué à droite tweetait ainsi mercredi matin : "L'académie de Nantes incite les garçons à porter une jupe et du rouge à lèvres vendredi 16 mai. #ConchitaWurstStyle", référence au travesti barbu qui a remporté l'Eurovision. Béatrice Bourges, leader du Printemps français, groupe d'opposants radicaux au mariage homosexuel, a elle écrit : "Scandale absolu. Tout cela se terminera très mal, c'est certain. Les seules manifestations ne suffisent plus".

L’emballement né sur Internet a même rebondi à l’Assemblée nationale, jeudi. Chacun y allant de sa réaction. Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a dénoncé les "mensonges colportés par des organisations radicales", le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll l'a qualifié de "pseudo info". La députée UMP Valérie Pécresse a elle proposé "les sciences pour tous, plutôt que la jupe pour tous, pour lutter contre le sexisme", tandis que la FN Marine Le Pen a estimé qu’ »en matière de défense des valeurs de notre civilisation, de notre culture, on a touché le fond".

Lire et commenter