Lyon accueille le premier "robot-étudiant" européen

FRANCE

INNOVATION – Un élève ingénieur de l'Ecole centrale de Lyon actuellement hospitalisé peut suivre les cours grâce à un robot de télé-présence prêté par la société Awabot. Une expérience d'enseignement inédite en Europe.

Simon n'a pas eu de chance. Le 12 avril dernier, cet élève ingénieur en première année à l'Ecole centrale de Lyon a été victime d'un grave accident. Alors qu'il faisait de l'alpinisme, un rocher s'est détaché et lui a violemment heurté le pied. Le jeune homme de 21 ans en a pris pour de longues semaines d'hospitalisation. Mais depuis quelques jours, grâce à un robot de télé-présence prêté par la société villeurbannaise Awabot , Simon peut tout de même suivre les cours et ne pas interrompre sa scolarité.

"C'est à notre connaissance une première en Europe, explique Jean-Pierre Berthet, directeur de la stratégie numérique de l'Ecole centrale de Lyon. Le robot lui permet de voir, d'entendre, de parler et de se déplacer sur le campus à partir de la connexion Internet installée dans sa chambre d'hôpital. C'est un peu le même principe que l’expérimentation du robot-lycéen qui sera dépolyé dans trois lycées rhônalpins à la rentrée prochaine . Sauf que le look et différent et que notre robot est plus 'professionnel' car adapté à l'enseignement supérieur. Nous avions l'intention d'expérimenter cette technologie en faisant des simulations, mais nous ne pensions pas le tester en situation réelle." Participer aux cours et aux travaux pratiques est d'autant plus important pour Simon qu'il est le chef d'un projet de construction d'une voiture de course, et qu'il dirige pour cela une équipe de vingt-et-une personnes.

"Presque comme un jeu vidéo"

"C'est donc indispensable pour moi de bénéficier de ce genre d'appareil, confie le jeune homme, joint par metronews depuis le CHU de Clermont-Ferrand, où il est actuellement hospitalisé. Je suis content de pouvoir l'utiliser, cela me permet de revivre un peu. Je peux aussi discuter avec mes camarades, prendre de leurs nouvelles lors des pauses. Il me suffit de diriger le robot avec les flèches directionnelles de mon ordinateur. C’est presque comme un jeu vidéo."

Pour Jean-Pierre Berthet, "la robotique de télé-présence ouvre de nouvelles perspectives." "Cette semaine, un de nos enseignants actuellement au Mexique interviendra à distance. Mais nous n'avons pas encore en tête tous les usages que nous pourrons en faire, nous ne sommes qu'au début des possibilités."
 

Lire et commenter