Lyon : et revoilà la Manif pour tous

FRANCE

SOCIETE - La Manif Pour Tous appelait à un rassemblement anti-GPA ce lundi soir devant le palais de justice historique de Lyon. Environ 400 personnes étaient présentes, selon la police. Deux ans après les débats autour du "mariage pour tous", le mouvement parvient encore à mobiliser sur les questions liées à la famille.

Comme un air de déjà-vu. En observant lundi soir le rassemblement anti gestation pour autrui (GPA) devant le palais de justice historique de Lyon, le sentiment d'un retour de deux ans en arrière était saisissant. Organisée à l'initiative de La Manif Pour Tous (LMPT), la manifestation - qui a réuni près de 1 000 personnes selon le mouvement, et 400 participants selon la police - entendait "dire non à la gestation pour autrui, qui s’installe petit à petit au gré des décisions de justice qui valident les achats d’enfants comme si de rien n’était".

En 2013, la Manif pour tous avait bien sûr fait parler d'elle au moment des débats autour de la question du "mariage pour tous", en faisant descendre des milliers de personnes dans la rue, à Paris comme à Lyon.

"Lyon est le bélier qui enfonce les premières portes"

Depuis, le collectif n'a pas cessé d'être aux aguets sur les questions relatives à la famille. "Nous continuons de travailler, et 2017 sera un moment clé. L'abrogation de la loi Taubira reste le but car tous ces problèmes viennent de là, estime Aude Mirkovic, juriste et porte-parole de LMPT. La mobilisation est forte ici, nous sommes parvenus à réunir des centaines de personnes un lundi soir en nous y prenant quelques jours à l’avance. Mais le but n'est pas de rester entre Lyonnais, nous sommes avec tous les Français."

"Lyon est le bélier qui enfonce les premières portes, lance Anne Lorne, autre porte-parole du mouvement. Le Lyonnais est résistant." Le 19 juin prochain, la Cour de cassation va recommander la reconnaissance d'enfants nés par GPA à l'étranger, à condition que la filiation biologique soit établie avec le père français.

A LIRE AUSSI >> Lyon, le bastion des anti mariage pour tous
 

Sur le même sujet

Lire et commenter