Lyon : le parquet général propose la création d'un pôle antiterroriste inter-régional

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE – Ce mardi, lors de l'audience solennelle de rentrée de la cour d'appel, la procureure générale de Lyon, Sylvie Moisson, a proposé mardi de réfléchir à la création d'un échelon intermédiaire dans la lutte antiterroriste. La magistrate estime "indispensable de mener une réflexion" sur la question.

Une simple suggestion. Ce mardi, la procureure générale de Lyon, Sylvie Moisson , a proposé de réfléchir à la création d'un échelon intermédiaire dans la lutte antiterroriste, centralisée depuis 1986 par le parquet de Paris, en s'appuyant sur les juridictions interrégionales spécialisées (Jirs) . Elle s'exprimait à l'occasion de l'audience solennelle de rentrée de la cour d'appel, après les attentats de la semaine dernière à Paris.

"Je me dis qu'entre la nécessité de maintenir la centralisation de la lutte antiterroriste, et la nécessité de s'adapter à une situation qui évolue dramatiquement , il faut réfléchir, peut-être, à créer des relais interrégionaux", a déclaré Mme Moisson, qui a pris ses fonctions à Lyon à l'automne. Elle officiait auparavant comme procureure de la République à Bobigny.

"En soutien, pas en remplacement"

"Ce serait en soutien, pas en remplacement" du parquet antiterroriste qui a compétence nationale et "a fait ses preuves, encore la semaine dernière", a ajouté la magistrate qui veut "éviter tout malentendu" mais juge "indispensable de mener une réflexion" sur le sujet.

Selon elle, les huit Jirs qui existent en France depuis 2004, compétentes actuellement en matière de grand banditisme et de criminalité financière, "peuvent avoir un rôle à jouer comme intermédiaire" dans la lutte antiterroriste, en matière de prévention, de regroupement de renseignements, voire dans l'exercice de certaines poursuites. Outre Paris, les Jirs sont situées à Marseille, Lyon, Lille, Rennes, Bordeaux, Nancy et Fort-de-France.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter