Lyon : opération escargot spontanée de taxis en colère

Lyon : opération escargot spontanée de taxis en colère

DirectLCI
GROGNE - Le cortège, parti de la gare de la Part-Dieu et composé d’une centaine de véhicules, a lentement rejoint la préfecture ce mercredi matin. Les chauffeurs dénoncent toujours la "concurrence déloyale" qu’ils subissent selon eux face aux voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) et les mises en garde à vue d’une soixantaine de leurs collègues parisiens mardi soir.

Tout est parti d’une chaîne de textos lancée entre mardi soir et mercredi matin. Environ une centaine de taxis (95 selon la police, entre 150 et 200 selon les chauffeurs) ont lentement défilé ce mercredi matin à Lyon dans le cadre d’une opération escargot. Ils dénoncent toujours la "concurrence déloyale" qu’ils subissent selon eux face aux voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) ainsi que les mises en garde à vue d’une soixantaine de leurs collègues parisiens mardi soir.

Le cortège est parti de la gare de la Part-Dieu vers 10 heures 30 pour rejoindre la préfecture du Rhône. "C’est un rassemblement complètement spontané. J’ai reçu un SMS ce matin qui m’invitait à prendre part à cette opération, explique un chauffeur. Qu’on nous laisse bosser à armes égales avec les VTC, qui ne payent pas autant de charges que nous. On travaille douze heures par jour, même le week-end. On n’a plus de vie familiale, et on doit s’écraser devant eux ?", lâche-t-il.

"Si rien ne change, nous sommes morts"

"Ça, ce n’est que l’apéritif, un hors-d’œuvre, prévient un autre taxi. Si nous ne sommes pas écoutés, nous passerons à la vitesse supérieure. A Lyon, une licence coûte environ 100 000 euros. Il faut huit ans en moyenne pour la rembourser.

Alors soit il faut nous détaxer, soit rajouter des charges pour les VTC. Mais si rien ne change, nous sommes morts. La part du gâteau deviendra trop petite pour nous permettre de vivre." La manifestation a bien évidemment perturbé la circulation, puisque de grands axes (rue Servient, avenue de Saxe) ont été fermés de longues minutes.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter