Lyon : quand l'hypnose s'invite à l'hôpital

Lyon : quand l'hypnose s'invite à l'hôpital

France
DirectLCI
SANTÉ - Depuis quelques mois, l'hôpital Saint-Joseph/Saint-Luc à Lyon a décidé de former le personnel des urgences à cette pratique. Médecins, infirmiers, aides-soignants ou brancardiers ont donc appris comment "modifier l'état de conscience" des patients qu'ils voient arriver.

Non, l'hypnose n'est pas réservée qu'au monde du spectacle et aux artistes comme Messmer . Depuis quelques mois, l'hôpital Saint-Joseph/Saint-Luc à Lyon a décidé de former le personnel des urgences à cette pratique. Médecins, infirmiers, aides-soignants ou brancardiers ont donc appris comment "modifier l'état de conscience" des patients qu'ils voient arriver.

"Ce n'est pas une baguette magique, mais cela nous permet de traiter la douleur et/ou l'anxiété, précise Didier Brodsky, médecin urgentiste. L'hypnose devient donc une des possibilités du service, parmi d'autres." Depuis le mois de juin 2014, environ 300 personnes ont ainsi été hypnotisées à Saint-Joseph/Saint-Luc. "L'idée est de détourner l'attention sur des éléments fixes d'une pièce ou de focaliser l'esprit du patient sur des souvenirs agréables. La plage est l'image qui revient le plus souvent. L'hypnose est plus facile à pratiquer sur des enfants âgés entre cinq et quinze, car cela devient un jeu, on peut leur raconter des histoires", poursuit Didier Brodsky.

"J'ai pensé à Cristiano Ronaldo"

Michel, lui, a récemment été admis à l'hôpital Saint-Joseph/Saint-Luc pour une ponction lombaire. Il n'avait jamais eu d'expérience hypnotique auparavant, et confie en garder un bon souvenir. "Ça n'a pas marché tout de suite, il a fallu le faire en deux temps. Mais j'ai pensé à des images de football. A mon idole, Cristiano Ronaldo . Je n'ai pas senti de douleur, je ne me suis rendu compte de rien. Ça ne me dérangerait pas de recommencer s'il le faut", affirme ce Lyonnais de 41 ans.

A noter que cette formation à l'hypnose - cofinancée par l'hôpital et la fondation Apicil - a également été ouverte aux professionnels d'autres services de l'établissement que celui des urgences, comme la cardiologie interventionnelle, l'imagerie et la réanimation.

Sur le même sujet

Lire et commenter