Lyon : souriez, vous êtes pistés

FRANCE

SOCIETE - Une équipe de onze étudiants en master "Nouvelles pratiques journalistiques" à l’université Lyon-2 lance ce jeudi le site Internet "Les Détrackeurs". L'objectif : avoir un œil averti sur l’ampleur du phénomène de "surveillance globale" à l’échelle de notre quotidien.

"Big Brother is watching you." A l'instar de la société imaginée par George Orwell dans son roman 1984, nous sommes chaque jour de plus en plus surveillés, que ce soit sur Internet, via nos téléphones, dans nos déplacements ou lors de nos achats. Mais savez-vous concrètement comment et pourquoi ce phénomène de "surveillance globale" prend de plus en plus d'ampleur à l'échelle de notre quotidien ?

Pour tenter de percer ce mystère, une équipe de onze étudiants en master "Nouvelles pratiques journalistiques" à l'université Lyon-2 lance ce jeudi le site Web lesdetrackeurs.fr . "Nous nous sommes rendu compte qu'aujourd'hui, nous sommes fichés et tracés tout au long de notre vie et même après notre mort, constate Marianne Deygout, la rédactrice en chef des Détrackeurs. C'est nécessaire, mais cela peut également être une contrainte vis-à-vis de notre liberté individuelle. L'équilibre est parfois compliqué à trouver."

Interactivité

Divisé en trois thématiques (les objets traceurs, la vidéosurveillance, et le traçage numérique) le site Internet se veut interactif et propose à l'internaute à la fois des articles, des infographies, des vidéos ou des sons. "Nous proposons par exemple une carte qui permet de savoir combien de caméras nous surveillent à Lyon lors de nos trajets, précise Marianne Deygout. Il ne s'agit pas de tomber dans la paranoïa mais de faire attention à la préservation de notre vie privée et de notre liberté individuelle. Nous expliquons comment le tracking fonctionne pour que chacun puisse se faire sa propre idée."

Le projet des Détrackeurs s'inscrit par ailleurs dans le cadre du concours du "Prix Google de l’innovation en journalisme" au sein de la catégorie étudiant. Une distinction décernée par l’école de journalisme de Sciences-Po Paris en fin d’année.
 

Lire et commenter