Lyon : un passeur interpellé avec 23 kilos de khat à sa sortie de la gare

Lyon : un passeur interpellé avec 23 kilos de khat à sa sortie de la gare

FAIT DIVERS – L'homme de 27 ans et de nationalité somalienne a été arrêté lundi à la Part-Dieu. Il a affirmé ne pas savoir qu'il s'agissait de drogue. Il a été condamné à un an de prison ferme.

Pris sur le vif. Lundi en gare de Lyon Part-Dieu, Nuuh Y., un homme de 27 ans, a été interpellé à sa descente d'un train en provenance de Lille. Les policiers ont retrouvé dans sa valise 23 kilos de feuilles de khat, une drogue produite à partir d’un arbuste et particulièrement prisée en Afrique de l’Est.

Lors de sa comparution immédiate devant le tribunal correctionnel, l'individu, de nationalité somalienne, a indiqué être en instance de demande d'asile. "Je ne savais pas que c’était une drogue", a-t-il expliqué pour sa défense, dans des propos rapportés par le journal Le Progrès .

Lié à une organisation criminelle ?

Le procureur de la République, vraisemblablement peu convaincu par cette version, a considéré le prévenu comme un passeur "probablement" lié à une organisation criminelle destinée à "alimenter la communauté somalienne de Lyon" en drogue, et que "finance des groupes terroristes." En conséquence, de deux à quatre ans de prison ferme ont été requis contre Nuuh Y.

L'avocat de ce dernier a estimé que cette peine, trop lourde, correspondait à celle d'un "organisateur de go fast", dénonçant du même coup "la rigueur d'une répression" inspirée par "des romans de gare" et des "mauvais articles de presse." L'homme a finalement été condamné à un an de prison ferme et cinq ans d'interdiction du territoire français pour "transport et détention de stupéfiant."
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : "gagner du temps" avant de reconfiner, une stratégie risquée

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

Les données médicales de 500.000 Français dérobées et diffusées sur internet

Lire et commenter