Lyon : un prof d’histoire tente de rapporter des objets d’Auschwitz

Lyon : un prof d’histoire tente de rapporter des objets d’Auschwitz

France
DirectLCI
FAIT DIVERS – L'enseignant aurait placé des ciseaux et une douille dans sa poche avant de prendre l'avion pour rentrer en France. L'intention malveillante n'a toutefois pas été retenue contre lui.

Le voyage éducatif a failli tourner au vinaigre. Jeudi dernier, une classe de collégiens Lyonnais s’apprête à prendre l’avion à l’aéroport de Cracovie, en Pologne. Petit problème, avant d’embarquer pour la France, les douanes trouvent dans la poche d’un professeur d’histoire des ciseaux et une douille provenant du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. L’enseignant admet d'ailleurs très rapidement que les objets rouillés proviennent bien du camp de la mort.

D’après Jean-Christophe Bidet, inspecteur de l’académie adjoint, une élève aurait trouvé les deux objets par terre, et le professeur l’aurait autorisée à les ramasser. "Comme ils étaient poussiéreux, l'enseignant dit les avoir mis dans un mouchoir en papier, puis dans sa poche", explique-t-il dans les colonnes du journal Le Progrès .  "Selon la loi polonaise, le camp est un espace protégé et il est illégal de s’emparer de quelque objet que ce soit sur le site", rappelle de son côté Urszula Podraza, porte-parole de l’aéroport de Cracovie.

"Si les faits sont avérés, ils sont déplorables"

"La première chose à faire, c’était de remettre les objets au guide pour que ceux-ci soient analysés pour leur éventuelle conservation, déplore le porte-parole de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, co-financeur du voyage. Si les faits sont avérés, ils sont déplorables, s’agissant plus particulièrement d’un professeur, accompagnateur adulte. Il ne viendrait jamais à l'idée de qui que ce soit de voler un objet dans un cimetière."

Résultat, les objets ont été récupérés par les douanes, et l’avion a quand même pu décoller avec une heure de retard et... avec l’enseignant à son bord, "l’absence d’intention malveillante" ayant été retenue par les autorités polonaises. Ce dernier se serait d’ailleurs excusé auprès de la présidente du conseil général du Rhône, Danielle Chuzeville, pour cette affaire un brin embarrassante.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter