Maltraitance animale : le statut de "lanceurs d'alerte ne les protégera pas"

FRANCE

Selon Brigitte Gothière, la porte-parole de l'association L214, la nomination d'un représentant de la protection animale dans chaque abattoir ne serait pas efficace. Elle pense notamment que "c'est difficile de raconter ce que font les collègues".
Lire et commenter