Manifestations violentes : les forces de l’ordre en colère

DirectLCI
Après des semaines de manifestations suivies de débordements violents, les forces de l’ordre sont à bout. Près de 300 policiers et gendarmes ont été blessés depuis le début des contestations. En revanche, peu d’interpellations ont été réalisées. En cause : les prérogatives offertes par l’état d’urgence "ne servent à rien" pour les forces de l’ordre. Ceux-ci demandent au gouvernement des directives plus claires pour appréhender les casseurs.

Sur le même sujet

Lire et commenter