Marc Dufour quitte la présidence de la SNCM

Marc Dufour quitte la présidence de la SNCM

DirectLCI
TRANSPORT - Le conseil de surveillance de la SNCM, réuni lundi après-midi à Marseille, n'a pas reconduit le directoire présidé par Marc Dufour.

Marc Dufour se savait sur la sellette . Le conseil de surveillance de la SNCM a acté lundi après-midi sa non-reconduction au poste de président du directoire de la compagnie maritime. La décision a été prise au cours de cette assemblée réunissant les représentants de l’actionnaire majoritaire, Transdev (66% du capital), les salariés (9%) et l’Etat (25%).

Ce sont les représentants de ce dernier qui ont fait pencher la balance en s’abstenant lors du vote. Les salariés ont voté pour le maintien de Marc Dufour. L’actionnaire contre. Dans un communiqué, le secrétariat d'Etat aux Transports précise que cette abstention n'est "ni un vote de défiance ni d'indifférence à l'égard du directoire sortant", mais il souligne qu'"il était important de mettre un terme à la quasi-paralysie qui menaçait la société".

Une lutte entre la direction et l’actionnaire

Depuis le début de l’année, l’actionnaire de la compagnie maritime Transdev s’opposait à la stratégie de la direction, représentée par Marc Dufour, porteuse d’un plan de redressement avec l’achat de nouveau navires et la suppression 500 postes. "Nous allons donc désormais pouvoir travailler sereinement dans l'intérêt de la compagnie, de ses salariés et de ses clients", a tenu à assurer dans un communiqué, le PDG de Transdev, Jean-Marc Janaillac.

De son côté, l’Etat entend continuer "à œuvrer pour créer les conditions de la préservation de l'emploi et des activités de la SNCM, fondée sur un projet industriel viable associant l'ensemble des acteurs concernés".

Inquiète, la mairie de Marseille, par la voix de Roland Blum a dénoncé "un gouvernement qui renie ses promesses". "Le non-renouvellement du Directoire de la SNCM traduit une éviction de son président, Marc Dufour (...). Cet acte signe la disparition de la SNCM et avec elle, la suppression de 4000 emplois directs et indirects à Marseille", juge-t-il dans un communiqué.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter