Marseille : du sursis pour les policiers poursuivis pour homicide involontaire sur un autiste

FRANCE

JUSTICE - Trois policiers marseillais ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Marseille à six mois de prison avec sursis pour la mort d'un autiste, après une interpellation musclée en septembre 2011.

Une sombre histoire. Trois policiers marseillais ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Marseille à six mois de prison avec sursis pour la mort d'un autiste , après une interpellation musclée en septembre 2011.

Six à dix mois de prison avec sursis avaient été requis contre ces trois policiers, un homme de 38 ans et deux femmes de 26 et 33 ans, poursuivis pour homicide involontaire. Ils ont également été condamnés à verser solidairement 60 000 euros à la famille de la victime.

"Si les fonctionnaires de police bénéficient de droits et de prérogatives liés à leurs fonctions, ils ne sont pas sans limite", a déclaré le président du tribunal, Fabrice Castoldi, en prononçant son jugement. "Les fonctionnaires sont dans l'obligation d'analyser la situation en continu", a-t-il assuré.

L'interpellation dégénère

Le 7 septembre 2011, les trois policiers avaient été envoyés dans un quartier du 10e arrondissement après le signalement d'un homme "menaçant". Lorsque qu'ils arrivent sur les lieux, l'homme se jette sur eux puis projette la chef de bord contre un mur.

Les policiers avaient raconté à la barre la difficulté avec laquelle ils avaient maîtrisé cet homme de 48 ans, à propos duquel le centre de commandement avait omis de leur préciser qu'il était autiste. Maintenu au sol pendant une dizaine de minutes, il avait perdu connaissance. Ranimé par les secours, il était mort le lendemain à l'hôpital.

"L'usage de la force était légitime lors de l'arrestation", a aussi estimé Fabrice Castoldi. En revanche, "lors de la phase postérieure à l'arrestation, il y a eu des fautes pénales qui sont à l'origine du décès".

Lire et commenter