Marseille : la SNCM en panne de repreneur

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE - Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté mercredi les trois offres de reprise de la compagnie maritime en redressement judiciaire SNCM et a demandé aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel d'offres de reprise.

La SNCM n'a pas encore trouvé son repreneur. Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté mercredi les trois offres de reprise de la compagnie maritime en redressement judiciaire. De plus, les administrateurs judiciaires doivent procéder à un nouvel appel d'offres de reprise.

La nouvelle date butoir pour faire acte de candidature est fixée au 25 septembre. Un laps de temps suffisamment long selon le représentant de la CFE-CGC, Maurice Perrin, pour permettre "l'examen de nouvelles offres d'industriels sérieuses". "Soulagé" de cette décision du tribunal de commerce, il a décidé de lever le préavis de grève fixé à jeudi. Un "soulagement" pour les passagers redoutant une série de grèves durant cet été. 

De nouveaux candidats

Après avoir examiné les offres de reprise, les syndicats avaient en effet émis des réserves sur le projet social des candidats à la reprise de la SNCM. À ce jour, le groupe corse Rocca, l'ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, et Baja Ferries, dirigé par Daniel Berrebi avaient déposé des offres fermes. Le groupe Stef, propriétaire de la Méridionale, et un consortium corse avaient déposé ces derniers jours des lettres d'intention. Mais rien de concret. 

Au cours de l'audience à huis clos de mai dernier, le procureur de la République de Marseille Brice Robin avait axé son réquisitoire en faveur de l'offre présentée par Daniel Berrebi. Tout en ménageant celle concurrente du groupe corse Rocca, il avait en revanche clairement écarté celle de Christian Garin. 

LIRE AUSSI >>> SNCM : l'Europe efface l'ardoise de 440 millions d'euros

Lire et commenter