Marseille : l’inquiétant "Monsieur D." crée la panique aux urgences psychiatriques

Marseille : l’inquiétant "Monsieur D." crée la panique aux urgences psychiatriques

France
DirectLCI
FAIT DIVERS – La présence d’un patient souffrant de problèmes psychiatriques met en émoi le personnel de l’hôpital Sainte-Marguerite de Marseille. En cause, selon le syndicat SUD santé-sociaux, la difficulté à gérer ce colosse de plus de 2 mètres et de 140 kilos…

Panique dans les urgences psychiatriques de Marseille. Depuis le début de l’année, le retour dans les services de soins d’un patient souffrant de graves problèmes psychologiques sème le trouble dans les rangs du personnel soignant. Difficilement gérable, ce patient présente en plus des caractéristiques physiques hallucinantes : il mesure 2m04 et pèse plus de 140 kilos.

"Le 7 janvier dernier, il a cassé les côtes d’un infirmier. Dans la nuit du 13 février dernier, il a envoyé aux urgences une aide-soignante et provoqué l’arrêt maladie de quatre collègues", s’alarme le syndicat Sud santé-sociaux dans un communiqué. Un "colosse aux manières barbares", résume-t-il, en précisant que ce patient fait "régner la terreur dans les services psychiatriques de la Timone en rackettant les autres patients".

Hospitalisé depuis 2003

Le problème dure depuis de nombreuses années dans les unités de soins psychiatriques de Marseille. Hospitalisé en 2003, Monsieur D. avait déjà créé de nombreux remous. Le personnel avait observé 7 mois de grève pour exiger son départ, rappelle Sud santé-sociaux. De nouveau pris en charge en 2008 dans les services de psychiatrie de la Conception , le colosse avait été à l’origine d’une autre grève du personnel.

"Choisissant d’ignorer l‘avis de ses deux collègues experts", un psychiatre de l’hôpital Sainte-Marguerite a décidé de prendre en charge le patient, dénonce le syndicat. "Est-il envahi par un humanisme incontrôlable l’éloignant des réalités ? Est-il trop influencé par une série télévisée ou un film ?" s’interroge SUD,  craignant "une fin très éloignée d’une happy end".

A LIRE AUSSI >> Un patient de l'hôpital psychiatrique tue un sexagénaire
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter