Marseille : un adjoint au maire condamné pour ses propos sur les Roms

Marseille : un adjoint au maire condamné pour ses propos sur les Roms
FRANCE

JUSTICE – Il appelait sur le réseau social Twitter à lancer des cocktails Molotov sur les Roms de la Capelette. Jeudi 6 novembre, le tribunal a condamné Didier Réault à 1 000 euros d’amende avec sursis.

Quand les élus s'égarent, la justice les rattrape parfois. Le 27 octobre dernier, le procureur avait requis un an d'inéligibilité et 20.000 euros d'amende contre Luc Jousse, maire de Roquebrune-sur-Argens (Var), pour ses propos sur la communauté Rom.

Cocktails Molotov

Jeudi 6 novembre, c’est Didier Réault qui a été condamné à Marseille à 1.000 euros d'amende avec sursis pour ses propos sur les Roms jugé discriminatoires, a annoncé son avocate, Me Catherine Martini. L’adjoint au maire de Marseille, retweetant une information sur un jet de cocktails Molotov contre un campement de Roms à Hellemmes (Nord), près de Lille, avait ajouté au message: "Bientôt à Marseille #Capelette pour la même action", en allusion à un bidonville du 10e arrondissement.

Didier Réault devra également verser 600 euros de dommages et intérêts au Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), partie civile. Selon son avocate, il ne devrait pas faire appel.

Quant à Luc Jousse, poursuivi pour "provocation à la haine ou à la violence en raison de l'origine ethnique", il sera réglé sur son sort le 17 novembre prochain.   Il avait déclaré fin 2013 : les Roms, "ils piquent des câbles électriques et après ils le brûlent pour récupérer le cuivre et ils se sont mis à eux-mêmes le feu dans leurs propres caravanes ! Un gag ! Ce qui est presque dommage c’est qu’on ait appelé trop tôt les secours ! [...] Les Roms, c'est un cauchemar !"
 

Lire et commenter