Marseille : vogue la galère pour les habitants de l’archipel du Frioul

Marseille : vogue la galère pour les habitants de l’archipel du Frioul

France
DirectLCI
SOCIAL – Une quarantaine d’habitants de l’archipel du Frioul a manifesté vendredi après-midi sur le Vieux-Port pour protester contre la réduction des navettes suite à la grève des marins des lignes express.

La cocotte-minute était sous pression, elle a fini par exploser ce vendredi. Paralysés par la grève des marins des lignes express, une quarantaine d’habitants de l’archipel du Fioul a décidé de manifester sur le Vieux-Port. "On a appris que les navettes de substitution allaient passer lundi de 6 à 3 rotations par jours", explique Odette un brin énervée sur le quai.

Ce service de substitution a été mis en place par Marseille Provence Métropole (MPM), en charge de la liaison, suite à la grève, la semaine dernière, des marins des lignes express. Salariés de l’entreprise Veolia, bénéficiaire de la délégation de service public sur ces lignes, ils demandent à leur patron une hausse salariale, mais aussi davantage de moyens pour entretenir les bateaux. "On attend toujours la panne pour réparer. Un jour, il y aura un drame si on ne fait rien", redoute l’un d’eux.

Marins et habitants main dans la main

En attendant, la situation pénalise tout le monde. Avec seulement 6 rotations de substitution par semaine, les habitants doivent jongler avec les horaires. "Mes enfants sont scolarisés en ville. Vu qu’ils ne prennent pas le bateau tout seul, je dois partir plus tôt du boulot pour les accompagner", confie une mère de famille. Autre problème pour Gilles, commerçante sur l’archipel. "Là c’est le désert, il n’y a plus personnes et en plus ça tombe pendant les vacances scolaires", s’inquiète-t-il.

Des habitants contraints et forcés de subir la grève des marins. Mais pas de colère envers eux. "On comprend leur revendication et c’est normal, confie une habitante. On a besoin d’eux comme eux ont besoin de nous". Mobilisée aux côtés des îliens, la conseillère générale UMP du secteur, Sabine Bernasconi, presse, elle, de son côté MPM pour trouver une solution. "Il faut qu’elle exerce son autorité pour régler le problème entre Veolia et les salariés. Il y va de l’économie du Frioul", justifie-t-elle.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter