Menace de blocage : des étudiants de l'université Jean-Jaurès font bloc sur Facebook

Menace de blocage : des étudiants de l'université Jean-Jaurès font bloc sur Facebook

EDUCATION – Alors qu'une seconde journée de blocage est prévue mardi, des étudiants de la fac de lettres se mobilisent pour protester contre cette nouvelle action. Plutôt qu'un blocus intégral, ils prônent la mise en place d'un barrage filtrant à l'entrée de l'université.

Les étudiants de l'université Jean-Jaurès s'apprêtent à vivre une seconde journée de blocage. Mardi matin, les grilles d'entrée et les portes des salles de cours devraient être barricadées par certains étudiants qui dénoncent une baisse de dotations budgétaires de la part de l'Etat.

Les pro-blocus promettent la tenue de débats et de discussions autour de la situation de l'université et une assemblée générale en milieu de journée au cours de laquelle devraient être débattues les futures modalités.

C'est au cours de cette assemblée générale que les étudiants du collectif "Contre le blocus de l'université Jean-Jaurès" devraient intervenir pour faire entendre leur point de vue.

"Favorables aux revendications, mais pas à la méthode"

"On est favorables avec les revendications des manifestants concernant la question budgétaire mais on regrette que, pour se faire entendre, ils nous empêchent d'assister aux cours", explique Matthieu, inscrit en LEA (Langues étrangères appliquées) et membre du comité dont la page Facebook créée le 14 novembre dernier regroupe un millier de personnes.

Lors d'une réunion organisée par les membres du groupe lundi, à la mi-journée, les participants ont proposé de mettre en place un barrage filtrant afin de distribuer des tracts aux étudiants à l'entrée du campus.

Période d'examens et dégradations

"Sinon, on risque de passer pour un établissement instable, cela va dégrader nos conditions d'études et la valeur de nos diplômes", ajoute Matthieu qui a déjà connu de longs mois sans enseignement en 2009 et 2010.

Le blocus à tout prix n'est pas une ligne défendue non plus par l'Unef. "En ce moment, beaucoup d'étudiants passent des examens et, jeudi dernier, il y a eu des dégradations dans les locaux", justifie Romain, président de l'Unef à Toulouse. Ce dernier prône notamment la distribution d'une information dans les amphithéâtres et les salles de TD (travaux dirigés).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden exprime son soutien au cessez-le-feu auprès de Netanyahu

EN DIRECT - Covid-19 : "La France était mal préparée" pour cette crise, estime l'épidémiologiste Didier Pittet

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

La fin du masque en extérieur "bientôt" envisageable, selon Olivier Véran

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.