Météo France : juillet, le mois de tous les records en terme de chaleur

France
DirectLCI
CHALEUR - Cette année, le mois de juillet a été historiquement chaud, battant plusieurs records dans l'Hexagone. Ainsi, des villes comme le Touquet, dans le Nord, ou Saint-Brieuc, en Bretagne, peu habituées aux fortes chaleurs, ont enregistré une forte augmentation du taux d'ensoleillement.

Alors que le mois d’août a débuté timidement avec notamment des orages et des épisodes de pluie aux quatre coins de la France, le mois de juillet qui s’est écoulé a battu de nombreux records en termes de chaleur et d’ensoleillement. Ainsi, selon Météo-France, la température moyenne en France a été supérieure de 2,4 degrés à la normale, causant notamment un épisode de canicule dans 19 départements durant le mois de juillet. La France n'avait jamais connu une telle hausse de température sur le mois de juillet depuis l’année 2006, où le mercure avait augmenté de 3,6 degrés en moyenne dans l’Hexagone.


Preuve d’un mois de juillet historiquement chaud, Le Touquet, ville du Nord de la France, a enregistré 353 heures de soleil entre le 21 juin et le 19 juillet, un record. Par rapport à l’an dernier, les vacanciers ayant posé leurs bagages dans la ville d'adoption du couple présidentiel sont repartis 40% plus bronzés que d'habitude. Non loin du Touquet, à Lille, il y'a eu 20% de moins de précipitation que l'été dernier, à savoir seulement 13 mm de pluie dans le mois, causant d’importants dégâts dans la végétation et les champs des agriculteurs.

60% d'ensoleillement en plus en Bretagne

A Saint-Brieuc, en Bretagne, même constat. La ville a connu un taux d’ensoleillement sans précédent, avec une augmentation de 60% par rapport au mois de juillet 2017. Idem à Vichy et à Bourges, dans le Centre de la France, qui figurent parmi les villes françaises ayant enregistré plus de 300 heures d’ensoleillement.


La principale cause de ce mois de juillet très chaud et ensoleillé ? Un anticyclone qui est resté bloqué en Scandinavie durant tout le mois. Une région qui a d’ailleurs également connu de fortes chaleurs, des épisodes de sécheresse et des incendies liés à la chaleur. Conséquence : l'anticyclone a moins protégé le sud-ouest de la France, comme dans le Lot-et-Garonne à Agen, où il y'a eu 25% de précipitations en plus, suffisamment pour provoquer des inondations.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter