6 questions pour vous préparer à la vague de froid glacial "Moscou-Paris"

France
DirectLCI
GLAGLA - Vous pensiez avoir eu froid au début du mois ? Ce n’était en fait rien comparé à ce qui nous attend la semaine prochaine. Météo France annonce dès le lundi 25 février l’arrivée d’un flux glacial venu de Sibérie qui s'accompagnera de températures glaçantes.

Le froid est de retour. Rien d'étonnant, nous sommes en février et l'hiver bat toujours son plein. Mais après l'épisode neigeux du début du mois qui a paralysé une partie du Nord du pays pendant plusieurs jours, voilà qu'une nouvelle vague de froid, plus intense encore, s'apprête à poser ses valises dans l'Hexagone. Son nom ? "Moscou-Paris". De quoi donner à la France un petit air de Sibérie car les valeurs atteintes ne seront pas si communes. D'après Meteo France, cette vague de froid est la plus froide depuis la mi-février et même la plus tardive depuis celle de mars 1971. 

Quelles seront les régions concernées ?

Le Nord et l'Est du pays seront particulièrement touchés par ce froid. La vague passera également par les régions Grand Est, Hauts-de-France, Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire. "Les prévisions sont encore très incertaines concernant le Sud de la France, entre un coup de froid ou une vague de froid plus courte", précise Guillaume Woznica, spécialiste météo de LCI

Quelles températures prévues ?

L'arrivée de la vague de froid se fera en deux temps. "On va enregistrer une baisse des températures jusqu'à vendredi. Elles vont se stabiliser ce week-end avant de chuter plus fort dès lundi", explique Guillaume Woznica. En ressenti, les valeurs avoisineront -25°C dans les Alpes, -20°C du Massif Central au Grand Est et près de -15°C en Île-de-France ! En contrepartie, le temps devrait rester sec une grande partie de la semaine, seules les régions bordant la Manche, les Pyrénées et une zone entre le sud des Alpes et la Corse pourraient connaître des épisodes neigeux qu'il conviendra d'affiner. "Entre mardi prochain et jeudi, des rafales de vents de 40 à 50 km devraient traverser l'Île-de-France. Ainsi, la sensation de froid sera amplifiée. Pour des températures relevées entre -5 et -10 degrés, le ressenti sera de -15 à -20 degrés", détaille-t-il. Cet épisode devraît être le plus glacial dans la capitale "depuis février 2012". 

Quelle différence entre températures ressenties et températures réelles ?

Entre ce qu'affiche le thermomètre et ce que l'on ressent, l'écart peut être important. En cause ? Le vent, qui joue un rôle particulièrement important dans le niveau de température perçu par le corps. Au contact de la peau, il se forme "une mince couche d'air réchauffé par l'organisme et humidifié par évaporation de l'eau présente à sa surface", explique Météo France. Cette pellicule isolante, continuellement balayée lorsqu’il y a du vent, oblige l’organisme à produire de la chaleur pour compenser, ce qui le refroidit.

Quelles conséquences sur la qualité de l'air ?

Conséquence directe du retour de l'anticyclone et du froid, un épisode de pollution aux particules fines PM10 a débuté ce mercredi en Normandie, dans les Hauts-de-France, en Île-de-France et dans le Grand Est (niveau 7 à 8/10) et ce n'est que le début... Cet épisode pourrait durer plusieurs jours (voire pendant toute la vague de froid) car même avec la présence d'un peu de vent, les polluants restent bloqués près du sol en raison des hautes pressions. Pis : ce vent de nord-est pose un problème, il ramène en France la pollution de nos voisins européens (Allemagne, Pologne...) qui eux aussi, seront concernés par la vague de froid et leurs chauffages émettront donc davantage de particules...

Les installations électriques vont-elles tenir ?

Rien ne sert de paniquer, la réponse est oui. Contacté par LCI, RTE prévoit "un pic de consommation de 90.000 megawatts [MW] en France mardi soir" soit, sans doute, le pic annuel. Par comparaison, un pic de 87.000 MW a été enregistré pendant l'épisode neigeux du début du mois. Il était de 94.000 MW lors de la journée la plus froide de l'année en 2017. RTE entre toutefois dans une "période de vigilance" mais n'est "pas inquiet". "Il y a assez de production. Et si jamais le cas contraire se produit, on sait qu'on peut compter sur nos voisins comme l'Espagne pour importer de l'électricité", souligne-t-on chez RTE. Leurs conseils de consommation ? "Décaler après 19h-20h l'utilisation des appareils électriques". Pensez donc à attendre que le pic soit passé pour lancer votre machine à laver, votre lave-vaisselle ou même pour mettre votre portable à charger. Ne laissez aucun appareil en veille et baisser la température des pièces dans lesquelles vous ne vous trouvez pas.

Comment se protéger ?

Optez pour la technique de l'oignon : plusieurs couches pour une protection maximale. Le gouvernement canadien conseille ainsi de porter une couche extérieure résistante au vent, des gants isolés et de limiter au maximum les parties non couvertes du corps, comme les oreilles et le nez.  Pensez aussi à vous couvrir la tête. Ce sera donc bonnet et/ou capuche obligatoire toute la semaine prochaine. Ce serait bête de finir chez le médecin la semaine suivante.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter