Métropole Nice-Côte-d'Azur: Christian Estrosi se succède à lui-même

Métropole Nice-Côte-d'Azur: Christian Estrosi se succède à lui-même

France
DirectLCI
ELECTION - Maires et conseillers métropolitains ont réélu Christian Estrosi (UMP) à la tête de la métropole Nice-Côte-d'Azur ce vendredi.

Christian Estrosi (UMP) a été élu, sans surprise, ce vendredi, président de la métropole Nice-Côte-d'Azur, qui regroupe 49 communes et compte 130 conseillers métropolitains. Le député-maire de Nice se succède à lui-même avec 107 voix en sa faveur contre 8 à Marie-Christine Arnautu (FN). Patrick Allemand (PS) et Olivier Bettati (sans étiquette) ayant annoncé, juste avant le scrutin, qu'ils ne voulaient pas participer au vote.

A taille égale

Dans son long discours, Christian Estrosi a rappelé que le périmètre de la métropole - avec, notamment, ses 55 000 entreprises, ses sept stations de ski, son opération d'intérêt national, son aéroport international et ses presque 540 000 habitants - ne s'étendrait pas. "Nous ne nous interdisons pas de travailler avec les intercommunalités voisines sur des problématiques ou des projets communs", a-t-il précisé.

Sur la question des finances (ndlr : le compte administratif sera soumis au vote le 28 avril), le président de la métropole a, une nouvelle fois, balayé toutes les critiques sur la dette qui frise le milliard d'euros, fustigeant ceux qui ont cru "pouvoir effrayer les habitants, en manipulant, en tordant, en travestissant les chiffres de notre endettement". S'il n'a pas pu présenter le budget avant les derniers scrutins (ce qui lui a été reproché durant la campagne des municipales), ce n'est pas de sa faute, a-t-il aussi plaidé, mais celle du gouvernement "qui ne nous avait pas communiqué les montants des dotations auxquelles nous pouvions prétendre".

"20 000 emplois en 2020"

Au chapitre des priorités, Christian Estrosi a annoncé la mise en place, "très vite", du Small Business Act Métropolitain au bénéfice des entreprises locales et la Maison de Pays métropolitain pour soutenir l'agriculture. Le maintien du rythme de construction de 1500 logements sociaux par an et l'ambition "d'offrir" 20 000 emplois à l'horizon 2020 ont également été cités. Tout comme "le développement du réseau international" avec les partenaires russes et chinois, les start-up innovantes et même... Sophia-Antipolis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter