Midi-Pyrénées particulièrement touché par la baisse de qualité du sperme

Midi-Pyrénées particulièrement touché par la baisse de qualité du sperme

France
DirectLCI
FERTILITE – Une étude révèle que les habitants de Midi-Pyrénées sont plus touchés que les autres Français par la baisse de qualité du sperme. En cause: les pesticides.

On savait déjà que la quantité et la qualité du sperme étaient en baisse en France. Ce qu'on ne savait pas, c'est que ce déclin, qui n'épargne aucune région, est en fait beaucoup plus marqué en Midi-Pyrénées. C'est ce que révèle une étude menée par des chercheurs de l'Institut de veille sanitaire (InVS) et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), mise en ligne lundi sur le site de la revue Reproduction .

Lors d'une première étude, menée à l'échelle nationale auprès de 26 000 hommes et dont les résultats avaient été dévoilés fin 2012, les chercheurs avaient constaté que la concentration de spermatozoïdes chez les Français avait diminué de près d'un tiers en 16 ans (entre 1989 et 2005).

Facteurs environnementaux

Dans cette nouvelle étude, menée sur le même échantillon mais, cette fois, en comparant les tendances dans les 21 régions du pays, ils ont remarqué que ce phénomène touchait tout particulièrement l'Aquitaine et Midi-Pyrénées. Ces dernières ont par ailleurs la particularité de présenter une tendance plus marquée que l'ensemble du territoire à une diminution du pourcentage de spermatozoïdes de morphologie normale.

Mais pourquoi de telles disparités? D'après les chercheurs, l'influence de facteurs génétiques ne peut pas jouer fortement sur une période de seize ans. L'explication pourrait donc être à chercher du côté des facteurs environnementaux, Aquitaine comme Midi-Pyrénées étant des régions fortement agricoles.

Les auteurs de l'étude rappellent notamment que Midi-Pyrénées est la première région pour le nombre d'exploitations et la deuxième pour la surface cultivée. Sa population, par ailleurs importante, est donc plus susceptible que les autres d'être exposée à des pesticides, capables de perturber le bon fonctionnement hormonal.
 

Sur le même sujet

Lire et commenter