Moines de Tibhirine : autopsie des sept crânes

Moines de Tibhirine : autopsie des sept crânes

DirectLCI
Depuis 1996 la justice française tente de trouver les responsables de la mort des moines français officiant dans un monastère de Tibhirine, dont on a retrouvé uniquement la tête. Des experts se rendent sur place afin de réaliser des examens scientifiques.

Exhumation et autopsie des sept crânes, identification ADN, et interrogatoires d'une vingtaine de témoins. C'est ce qu'a obtenu le juge français Marc Trévidic dans l'affaire de l'assassinat des moines de Tibhirine en 1996, via une commission rogatoire internationale adressée à l'Algérie. L'enquêteur doute de la version officielle, incriminant le groupe islamique armé (GIA).

Le juge souhaite confier les opérations à deux médecins légistes, un expert en empreintes génétiques et un photographe de l'identité judiciaire. L'autopsie permettrait en effet de mieux comprendre les circonstances de la mort des moines.

Bavure de l'armée algérienne ?
Dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, sept moines sont enlevés de leur monastère de Tibhirine, en Algérie. Seules leur tête seront retrouvées le 30 mai suivant au bord d'une route de montage, une semaine après que le GIA a revendiqué leur assassinat. Mais cette version des faits est remise en cause depuis 2009 par le témoignage d'un ancien colonel attaché de la Défense à Alger. Selon lequel les moines auraient été tués dans une bavure de l'armée algérienne, lors d'une opération.

L'officier militaire avait alors alerté sa hiérarchie, mais celle-ci lui aurait intimé le silence afin de ne pas nuire aux relations entre la France et l'Algérie.


 

Prenez le Metro de l'actu sur Facebook et Twitter

Plus d'articles

Sur le même sujet