"Montalbanais de souche": nouvelle polémique pour la maire UMP Brigitte Barèges

"Montalbanais de souche": nouvelle polémique pour la maire UMP Brigitte Barèges
FRANCE

POLEMIQUE – Brigitte Barèges, la maire de Montauban, a suscité la polémique en parlant de "Montalbanais de souche". Des associations ont dénoncé ces propos.

Des propos de la maire de Montauban suscitent encore l'indignation . Les associations SOS Racisme et RESF ont dénoncé mercredi la politique de la maire UMP de Montauban Brigitte Barèges en matière d'inscription d'enfants étrangers dans ses écoles primaires.

Elles se sont notamment indignées de l'expression "Montalbanais de souche" employée mardi par l'élue pour défendre ses positions. Lors d'une conférence de presse abordant différents aspects de l'action municipale en cette rentrée, Brigitte Barèges, membre de la droite populaire, a déploré le manque de mixité de certaines de ses écoles primaires en affirmant: "On arrive à des écoles où les Montalbanais de souche ne veulent plus aller, parce qu'ils se trouvent confrontés à ces difficultés".

"Champ lexical d'extrême droite"

Dans un communiqué, SOS Racisme a dénoncé ces propos: Brigitte Barèges "prétexte qu'elle se doit de préserver les "Montalbanais de souche", concept renvoyant au champ lexical d'extrême droite et aux sites internet les plus nauséabonds (…)". RESF 82 a également réagi en dénonçant "le climat anti-immigrés par Brigitte Barèges (…) afin de masquer les insuffisances de sa politique".

"Un sujet qui doit être abordé avec sérénité"

Le Réseau a dénoncé le fait que la municipalité n'avait construit qu'une école primaire depuis son arrivée à la tête de la ville en 2001. Selon Jean Cousty, le représentant de RESF dans le Tarn et Garonne, cela fait trois ans que la mairie oppose une vive résistance à l'inscription dans les écoles primaires de la ville d'enfants étrangers - enfants de demandeurs d'asile, de réfugiés ou issus de la communauté des gens du voyage.

Lors de sa dernière intervention, la maire de Montauban a déclaré qu'il s'agissait d'un "sujet qui doit être abordé avec sérénité mais avec aussi équité, et surtout sans parti pris". "On sait que c'est un fait, l'immigration massive. Ce n'est pas en fermant les yeux ou en imposant des ratios qui ne sont pas cohérents qu'on règlera ce problème", a-t-elle affirmé. Souvent attaquée pour des propos jugés homophobes ou racistes par ses détracteurs, Brigitte Barèges a été confortablement réélue en mars au second tour des élections municipales.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent