Moustique tigre : une saison à haut risque

Moustique tigre : une saison à haut risque

DirectLCI
SANTE – La lutte saisonnière contre le moustique tigre débute ces jours-ci. Dans les prochaines semaines les cas de Chikungunya et de Dengue importés du Brésil par les spectateurs de la coupe du Monde pourraient se multiplier dans les Alpes-Maritimes.

La chasse aux moustiques tigres a commencé. Aux abords de l’hôtel de ville de Cannes, une équipe de démoustiqueurs était déjà à l’œuvre, ce lundi, pour traiter les conteneurs enterrés où se reproduisent les moustiques quand de l’eau y stagne. La campagne d’été proprement dite, le "plan anti-dissémination", débutera officiellement ce jeudi.

"En ce moment il y a encore peu de 'Tigrous', sourit Bernard Cadiou, le chef de l’agence interdépartementale de démoustication. Nous pensions qu’ils seraient en avance cette année mais le coup de froid de ces derniers jours a tout ralenti. Les œufs n’ont pas encore éclôt. On nous signale très peu de moustiques adultes".

"Effet Coupe du monde"

Est-ce à dire que l’invasion de ce moustique est stoppée dans les Alpes-Maritimes ? "L’an dernier nous avons observé une petite baisse du nombre de signalements. Nos communications commencent peut-être à faire effet, les gens font attention à leurs eaux stagnantes".

Pour autant, cet été sera particulièrement sensible. "Nous prévoyons beaucoup d’actions préventives car il y a des épidémies de Dengue et de Chikungunya en Martinique, en Guadeloupe et au Brésil. Et on aura aussi un 'effet coupe du monde', avec des touristes porteurs de la Dengue de retour du Brésil !

En attendant, si le "tigre", Aedes albopictus, ne joue pas encore du dard, d’autres moustiques à rayures sont déjà actifs en cette fin de mois d’avril. "En ce moment on trouve des moustiques Aedes, mais pas Albopictus . Ce sont des moustiques ruraux, que l’on trouve plutôt à Vaugrenier ou la Valmasque, mais pas en ville". Gare aux piqûres.

Sur le même sujet

Lire et commenter