Mud Day : une course au "boue" de l’effort

Mud Day : une course au "boue" de l’effort

DirectLCI
RUNNING – De plus en plus nombreuses, les courses à pied avec obstacles séduisent les nombreux adeptes du running. Retour, comme si vous y étiez, sur le Mud Day de Peyrolles qui s'est déroulé le week-end dernier.

Tenir, c'était une question de fierté pour les 7.500 participants du Mud Day de Peyrolles . Pourtant, pour certains, l’idée d'abandonner effleure l’esprit lorsque la mare de gadoue atteint le cou. Et que la demi-douzaine de monticules, dont le sommet atteint les 6 mètres, s’enchaîne les uns après les autres. Pentus et glissants, ils n’épargnent pas les moins agiles, impuissants face aux lois de la nature. Les cris de dépit et de joie s’entrechoquent au rythme des "splash" dans la vase terreuse.

Mais face au parcours du combattant, la solidarité n’est pas un vain mot dans le vocabulaire du Mud Guy. Ici, il n’y a que des gagnants. Ou, en tout cas, aucun perdant. On s’entraide, s’encourage, se pousse, se hisse pour franchir chaque difficulté.

Tantôt physiques, lorsqu’il s’agit de traverser une mare d’eau par la seule force des biceps, suspendu à une échelle horizontale. Tantôt technique, lorsque les barreaux en acier sont remplacés par des lianes à nœuds, façon Tarzan, ou quand il s’agit de se faufiler sous les barbelés électrifiés. Oui, ça pique.

"Force et robustesse"

Une journée en enfer sous un soleil de plomb, que l’on bénit après les nombreux chocs thermiques une fois plongée dans l’eau à 15°C. Sur le parcours de 13 km cadencé par une vingtaine d’obstacles, on croise des sportifs de haut vol – comme des légionnaires – et des bandes de copains en costume léopard ou en Dalton.

En solo ou en équipe, la bonne humeur communicative décuple l’énergie. Et l’unique ravitaillement, à mi-course, est salvateur. "L’important, ici, n’est pas d’être futé, mais d’être affûté", affirme un coureur en débardeur rose moulant en avalant son morceau de banane.

Pour la forme, le meilleur chrono a été réalisé en 1h08. Mais l’objectif ici n’est pas de faire un temps, mais de trouver ses limites. Et d’avoir le courage de les repousser dans une arène au profil parfois hostile. "Force et robustesse !", crie un légionnaire fan de Gladiator à l’assaut d’une palissade de 2,50 m. Une devise qui résonne aussi comme celle du Mud Guy.
 

Plus d'articles

Lire et commenter